Enchères de mars | Rarissimes champagnes et grands classiques

Bordeaux toujours dynamique

Bordeaux bashing, un terme qui revient souvent et qui traduirait une lassitude pour les vins de Bordeaux de la part des consommateurs. Mais, sur iDealwine, il n’en est rien, Bordeaux produit des vins certes classiques, mais qui n’en demeurent pas moins attractifs. Les amateurs étrangers continuent de se passionner pour ces vins incontournables. Ainsi, deux caisses de château-mouton-rothschild 2000 et de château-lafite-rothschild ont été respectivement adjugées à 20 794€ (+8%) et 7 782€ (+8%) et s’envolent ainsi pour Hong-Kong. Six flacons de château-montrose 1990 ont été adjugés 3 040€ (+15%) et partent eux aussi pour la même destination. Les caisses panachées «  Carré d’As » affichent des résultats satisfaisants et là encore elles sortent de nos frontières pour des pays voisins à savoir la Belgique et le Royaume-Uni entre autres. Petrus marque une belle progression dans des millésimes matures comme 1990 (3 648€, +17%), 1998 (2 675€, +13%) et 2009 (3 526€, +17%).

La Bourgogne : les superstars performent

La Bourgogne et plus particulièrement la Côte-de-Nuits continuent d’attirer les amateurs. Le domaine de La Romanée Conti se démarque, une fois de plus. Les trois seuls flacons adjugés au-dessus de 10 000€ portent sans surprise l’étiquette du grand cru éponyme de ce domaine mythique, romanée-conti 2000 (14 657€, +18%), 1997 (13 984€, +7%) et 2006 (13 802€, +12%). L’autre monopole du domaine se distingue également, on relève ainsi de belles adjudications sur des millésimes matures du grand cru La Tâche, en 1999 (5 472€, +13%), 2003 (3 770€, +7%), 1996 (3 526€, +18%) ou encore 1998 (3 405€, +20%). Toujours au sein de la Côte-de-Nuits, plus particulièrement à Morey-Saint-Denis, un flacon du clos-de-la-roche 1985 du domaine Ponsot dépasse le seuil des 4 000€. En Bourgogne, la quête de la rareté se poursuit et les domaines disparus continuent d’être extrêmement recherchés, si bien que les amateurs sont prêts à tout pour faire entrer quelques flacons introuvables dans leur cave. Ainsi, deux bouteilles de charmes-chambertin GC 1999 du domaine Jacky Truchot ont été adjugées 3 526€ (soit 1763€ le flacon, +4%). Le domaine Jacky Truchot, disparu en 2006 produisait ce charmes-chambertin à partir de vignes plantées en 1920, les rendements devaient être donc très faibles, et, même si le domaine a toujours été très secret sur le nombre de flacons produits, on peut sans nul doute supputer que la production devait être plutôt confidentielle. Ce vin ne fait que de rares apparitions sur notre plateforme. Les flacons d’Henri Jayer sont eux aussi des collectors. Les vins de ce vigneron génial, instigateur de la macération carbonique, sont désirés dans le monde entier. Un flacon de vosne-romanée 1992 signé de lui a donc été adjugé 2 554€ et s’envole ainsi pour l’Italie.

Côté Champagne, ce sont toujours les millésimes anciens que cherchent à acquérir les amateurs. La rareté est aussi un critère d’achat prépondérant aux enchères. Trois millésimes de la maison Salon ont été adjugés sur notre plateforme, ce qui mérite d’être souligné lorsque l’on sait que la maison a produit seulement 41 millésimes depuis le début du XXème siècle. Le mois dernier, sur iDealwine la fameuse cuvée « S » était déclinée dans les millésimes 1996 (3 flacons : 1 763€ soit 588€ le flacon, +4%), 1999 (3 flacons : 1 435€ soit 478€ le flacon, +17%) et 1997 (2 flacons : 827€, soit 414€ le flacon +14%). Autre rareté sur notre plateforme, le Clos des Goisses de Philipponnat, adjugé dans de très grands millésimes champenois : 2002 (2 flacons : 353€ soit 177€ le flacon, +51%) et 2008 (2 flacons : 340€, soit 170€ le flacon, +12%).

Dans le Rhône, on observe un palmarès plutôt classique avec Château Rayas qui accumule les belles enchères, on relève notamment un chateauneuf-du-pape 1981 parti à 973€ (+160%). Plus au Nord, les flacons de cornas 2004, cuvée sans soufre de Thierry Allemand, réalisent une belle progression, 3 flacons dépassent la barre des 1000€, adjugés 1295€ (soit 432€ la bouteille,+328%). Toujours dans la vallée du Rhône septentrionale, le monument de Saint-Joseph, Gonon fait flamber les enchères avec un chasselas 2016 vendu 214€ (+522%) à l’issue d’une lutte acharnée entre un amateur norvégien et un hongkongais. Cette cuvée est certes moins renommée que ses saint-joseph, mais elle n’en est pas moins recherchée, car seulement 1200 flacons sortent du domaine chaque année.

Dans les autres régions, on note de beaux prix sur les vins nature jurassiens signés Overnoy et Ganevat. On relève un flacon d’arbois Pupillin VSO (vieux savagnin ouillé) 1998 d’Overnoy adjugé 486€ (+63%) ou encore un côtes-du-jura Les Vignes de mon Père 2002 de Jean-François Ganevat qui réalise un beau prix : 268€ (+47%). Dans le Languedoc, la Grange des Pères et sa rarissime cuvée de blanc continuent de se démarquer. Un magnum de 2014 issu du domaine franchit les 500€ (+138%). Dans la Loire le sancerre du Clos de la Néore et la cuvée Silex de Dagueneau, à Pouilly-Fumé, se distinguent. On notera au passage que ces vins n’attendent pas les années pour se valoriser : 3 flacons de sancerre 2010 d’Edmond Vatan se vendent 717€ (soit 239€ le flacon, +18%) et 3 flacons de pouilly-fumé Silex 2015 de Dagueneau sont adjugés 401€ (soit le 134€ le flacon, +22%).

 

Retrouvez tous les rapports d’enchères.

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

La vente à Prix Fixe a démarré : plus de 2000 lots à saisir !

En ligne jusqu’au mercredi 28 janvier 2008, plus de 2000 lots couvrant 70 ans de millésimes, de 1938 à 2007. ...

Conseils : comment reconnaître un vin bouchonné ?

Une vague odeur de moisi, de cave humide, voire pire… On a tous eu un doute un jour sur une bouteille, sans pour autant associer à coup sûr la gêne ...

Domaine Colinot à Irancy : la perle rouge de l’Yonne

Les premières places des enchères sont souvent trustées par une poignée de domaines de la Côte de Nuits. Chez iDealwine, on en sait quelque chose mais on refuse de dire ...