Dernières enchères : stabilisation des bordeaux 1982, Côte-Rôtie, La Tâche, Selosse et Dagueneau au top

Chateau d'Ampuis
Château d’Ampuis ©guigal.com

520 acheteurs se sont disputé les quelque 3000 flacons proposés aux enchères en ligne jusqu’au 10 février dernier. Une vente marquée par la stabilisation des cours sur un millésime d’anthologie, le 1982 à Bordeaux. Revue de détail.

Face à la montée en puissance du millésime 1990 en tant qu’icône des grands crus à maturité, les cours des bordeaux 1982 plafonnent. Quelques exemples : Petrus : 3360€ (-2%), Lafite : 1968€ (-3%), Mouton Rothschild 900€ (-2%), La Mission Haut-Brion 804€ (-10%), Trotanoy 288€ (-19%), Cos d’Estournel 194€ (-16%), Montrose 144€ (-11%).Le Château Pontet Canet, en revanche, poursuit sur la voie du succès : son 2009 se vend en hausse de 9€ à 196€ et le 2010 à 200€ (+11%). Une jolie performance quand on constate par ailleurs que les prix des bordeaux 2010 plafonnent : le Château Margaux affiche une baisse de 15% sur une caisse de 12 bouteilles vendues 8592€ (soit 716€ la bouteille). Du côté des millésimes de collection en revanche, c’est la ruée : une bouteille de Château Mouton Rothschild 1933 s’est s’envolée à 1032€.

En Bourgogne, aucun répit pour le grand cru La Tâche, toujours aussi impérieusement recherché par les amateurs : une bouteille millésimée 1992 atteint 1380€ (+64%). Une bouteille de romanée-conti du même millésime est quant à elle adjugée 8880€. En revanche cette vente marque une accalmie – bienvenue ! – sur les prix des vins de Mugnier, après des semaines (mois ?) de frénésie) : le chambolle les Amoureuses 2012 revient à 540€ (-18%) tandis que le bonnes-mares s’échange 326€ (-19%). Au chapître des raretés on note le beau succès aux enchères d’un magnum de Beaune 1er Cru Grèves Vigne de l’Enfant Jésus 1961, qui a été adjugé 600€ à un amateur de Hong Kong.

Dans la vallée du Rhône, la rareté des raretés est incarnée, une fois de plus, par la cuvée Côte Brune du domaine Gentaz-Dervieux, en Côte Rôtie, dont un 1991 atteint 1044€. Dans la même appellation, la maison Guigal obtient de beaux résultats, non seulement sur l’une de ses cuvées phares, La Turque 1987, adjugée 300€ (+54%), mais également sur la cuvée Château d’Ampuis, vendue 104€ en 2003 (+17%) et 102€ en 2007 (+31%).

En Champagne ce sont les parcellaires de la maison Selosse qui ont fait vibrer les amateurs : 350€ pour le grand cru Avize Les Chantereines, 278€ pour le GC Cramant Les Chalons, 242€ pour le GC Mareuil sur Ay Sous le Mont et 230€ pour le GC Abonnay Le Bout du Clos.

Silex DagueneauDans la vallée de la Loire, outre l’accueil toujours aussi enthousiaste réservé aux vins du Clos Rougeard, (+37% pour le saumur-champigny Les Poyeux 2008 à 218€), c’est un pouilly-fumé Silex 2010 du domaine Dagueneau qui s’est envolé à 146€ (+32%). Un rare liquoreux, venu des Coteaux du Layon (Cuvée Anthologie 1997 du domaine Delesvaux) est quant à lui parti pour 132€. On notera, dans les autres régions, le succès du Mas Daumas Gassac, dont un double-magnum millésimé 1999 a été adjugé 240€. A l’étranger, il fallait débourser 192€ pour mettre la main sur un riesling auslese 1963 signé Joh. Jos Prüm, un incunable.

Consultez les principaux résultats et les belles enchères de la vente du 10 février 2016

Le Baromètre iDealwine des ventes aux enchères de vins : Bilan 2015 et Perspectives 2016 est disponible

52 pages d’analyse – 85€ TTC

Pour recevoir un exemplaire de ce document, veuillez contacter Alix Rodarie, au service client d’iDealwine

Vendre son vin avec iDealwine

Recherchez le prix d’un vin

Demandez une estimation de vos vins (gratuite)

Pour gérer votre cave, démarrez son estimation. Cette fonction nécessite de devenir membre du site (gratuit)

Consultez les ventes de vin

A lire également dans le Blog iDealwine :

Belles enchères : de Bordeaux à la Loire, les grands millésimes mûrs à l’honneur

Belles enchères : à l’honneur, une verticale de La Tâche, de vieux Dom Pérignon et la réserve des Célestins d’Henri Bonneau

Petrus, Hermitage La Chapelle 1961 et les grands champagnes concluent en point d’orgue les enchères de 2015

Enchères du 9 décembre : une bouteille de Romanée-Conti 2005 adjugée 11 880€

Belles enchères : flambée de cours sur Rousseau, Verset, Château-Grillet, Clos Rougeard et Selosse

Grands crus millésimés 1990, Romanée Conti, Jamet et Clos Rougeard prisés dans le monde entier

Enchères de vins on-line : un premier semestre 2015 en croissance de 12% chez iDealwine

International Wine Auction, filiale d’iDealwine, classé officiellement n°1 des ventes aux enchères de vin en France

Belles enchères : magnums, jéroboams ou impériale, prime aux grands formats

Belles enchères sur les les 100/100 Parker à Bordeaux, les grands noms de Bourgogne, du Rhône et d’ailleurs

 

 

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Incontournable, Le Grand Tasting Paris 2010 : avez-vous réservé votre entrée ?

Conforté par le succès des premières années, le Grand Tasting Paris voit grand pour sa cinquième édition. Au programme, une gamme exceptionnelle de producteurs. Immanquable ! Profitez sans attendre de ...

Château Labégorce Zédé n’est plus… Vive le Château Labergorce à Margaux !

C’est décidé : à compter du millésime 2009 le Château Labégorce Zédé n’existera plus. L’industriel Hubert Perrodo, aujourd’hui décédé, avait acquis le château Labegorce en 1989, puis le Château de ...

Vente à prix fixe spéciale Chablis et Sancerre : derniers jours !

Proches géographiquement, même si Chablis appartient à la Bourgogne et Sancerre à Loire, ces deux appellations proposent de superbes blancs d’un esprit similaire, misant sur une belle fraîcheur et un ...