Dégustation : Masterclass iDealwine au Club 67 Pall Mall, Londres

Pall-Mall-iDealwine-2018iDealwine organisait il y a quelques jours un masterclass dans le prestigieux club anglais 67 Pall Mall à Londres, une soirée qui nous a émerveillé les papilles.

67 Pall Mall est l’une des adresses les plus prestigieuses de Londres, un club idéalement situé entre Westminster Abbey et Buckingham Palace. Contrairement aux Members’ Clubs voisins, 67 Pall Mall n’a qu’un critère de sélection : la passion pour le vin.

Mené par Patrick Schmitt MW du Drinks Business, Angélique de Lencquesaing et Arthur de Lencquesaing, la masterclass d’iDealwine proposait, à l’issue de la présentation du Baromètre iDealwine et des dernières tendances sur le marché des enchères de vin, un véritable « Tour de France » des grands crus : nous avions en effet décidé de parcourir les quatre coins de l’hexagone, pour mettre en avant les différents cépages, terroirs et millésimes. Quel plaisir de déguster dans de telles conditions : les vins servis à parfaite température étaient servis dans de délicats verres Zalto, tous différents selon la région, l’appellation ou le type de vin proposé… Un cadre aussi élégant mérite des vins exceptionnels et la dégustation a commencé par la  Cuvée Frédéric Emile 2007 du domaine Trimbach qui en a mis en plein les yeux aux participants. Ce vin, produit par l’un des grands spécialistes du riesling en Alsace, exprime un palais complexe avec beaucoup de minéralité et des fruits persistants.  Selon le journaliste anglo-saxon Ian D’Agata, c’est d’ailleurs un vin qui rivalise parfois le prestigieux Clos Sainte Hune.

Le vin suivant s’est révélé être la vedette de la soirée pour certains : il s’agissait du beaune premier cru Vigne de l’Enfant Jésus 2005 de la maison Bouchard Père et Fils. Par rapport à Bordeaux, la Bourgogne produit un volume microscopique de vin et cette région est aujourd’hui de plus en plus convoitée par le marché asiatique. Une tendance qui a eu un impact énorme sur la performance des grands crus bourguignons aux enchères. Ce 2005 parvenu à son apogée présentait un bel équilibre et des tannins soyeux. Une illustration parfaite des raisons pour lesquelles la Bourgogne affole les palais du monde entier… Et aussi le signe que, face à l’explosion des cours des vins de la Côte de Nuits, la Côte de Beaune n’a pas à rougir, il est temps de s’y intéresser.

Rien de mieux pour apprécier la magie de la Loire que déguster un Chinon de Charles Joguet. Joguet était premier vigneron dans la région à produire les cuvées parcellaires et Les Varennes du Grand Clos 2009 démontrent la capacité de ce vignoble à produire des vins tout à la fois puissants et élégants. Le cabernet franc trouve dans ce terroir une expression particulière, son austérité apparente était ici contrebalancée par la chaleur et la gourmandise du millésime 2009.

Une dégustation à l’aveugle s’est invitée dans le programme de cette masterclass. Il fallait reconnaître un cos-d’estournel 1995. Opulent, intense, incroyablement élégant et s’achevant tout en plénitude sur une finale discrètement cacaotée, ce vin s’est révélé l’une des grandes bouteilles de la soirée. Il a d’ailleurs offert un contraste intéressant au Château Léoville-Barton, présenté juste après dans le millésime 1998. Les amateurs – et surtout pas les Anglais qui l’ont encore prouvé lors de cette dégustation – ne sont pas de tout allergiques aux bordeaux : les grands crus de cette région constituaient encore 46% des ventes en volume et 47% des ventes en valeur aux enchères en 2017.

Venait ensuite un vin du Rhône, le châteauneuf-du-pape 1998 du Clos des Papes. Bien apprécié parmi les américains qui – dans le sillage de Robert Parker – apprécient les vins corsés et capiteux, le Rhône a maintenu ses positions en 2017, pour ce qui concerne leur part dans les ventes aux enchères. Châteauneuf-du-pape est un acteur important du paysage viticole français, et cette appellation produit plus que tous vignobles de Rhône nord ! Décrit par Wine Spectator comme « le vin le plus sensuel du monde », cette cuvée a remporté un franc succès.

C’est ensuite un flacon particulier, en provenance du vignoble jurassien qui a été offert à la dégustation, un vin jaune 2008 du château d’Arlay. Le Jura n’a représenté que 1% des volumes échangés sur la plateforme iDealwine en 2017, mais trois fois plus de bouteilles ont été vendues en 2017 par rapport avec l’année précédente, c’est dire si le rythme s’accélère ! Figurant parmi les domaines les plus anciens de la France, les vins du Château d’Arlay sont très recherchés parmi les connaisseurs grâce au savoir-faire de production acquis au fil des siècles.

Pour finir, deux icônes du vignoble français : à Sauternes, un premier cru classé 1995 du Château Suduiraut. Ce vin moelleux et botrytisé est bien structuré et puissant. Patrick Schmitt n’a pas manqué de rappeler que le sauternes n’est pas seulement un vin à réserver aux grandes occasions. Il peut être apprécié pour lui-même, et aussi sans attendre le poids des années. On peut en effet le déguster jeune, en accompagnement d’un foie gras ou … d’un stilton, un accord so British.

Pour finir en beauté, une autre douceur : le rivesaltes 1958 du Château Villargeil. Ce vin doux naturel ne partage pas le même prestige que le sauternes mais se distingue par son immense complexité et son potentiel de garde, à peu près infini. Décrit par Jancis Robinson comme « virtuellement indestructible » et pourtant doté d’un incroyable rapport prix qualité. Dans quelle autre région peut-on trouver un vin de quelques décennies impeccablement conservés, pour un prix aussi honnête ?

Le Baromètre iDealwine 2018 a été aussi distribué à l’issue de la dégustation, afin de fournir aux participants toutes les indications nécessaires à l’assouvissement de leur passion… Avant la prochaine dégustation !

Tous les vins actuellement en vente sur iDealwine

Recherchez le prix d’un vin

Pas encore inscrit(e) pour participer aux ventes ? Complétez votre inscription, c’est gratuit !

A lire également dans le blog d’iDealwine :

Retour sur le City Wine Show à Londres

Wine Symposium au lac de Côme et verticale Armand Rousseau, le temps suspendu

 

 

.

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Recette de la semaine – Gigot d’agneau à l’ail confit

Avec le printemps et à l’approche de Pâques, voici venu le temps du gigot d’agneau. La recette est simple, l’essentiel étant d’avoir un bon boucher ! A accompagner d’un joli ...

Grand Tasting : dégustations de prestige au programme des Master Class

A chaque édition du Grand Tasting, organisé par Michel Bettane et Thierry Desseauve, les Master Class sont l’occasion pour les amateurs de déguster, dans des conditions idéales, des vins rares, ...

Olivier Cousin

Olivier Cousin, Anjou or not Anjou ?

Olivier Cousin, vigneron engagé produisant des vins « naturels », est poursuivi par la justice pour « usurpation d'appellation, tromperie du consommateur et défauts d'étiquetage. »