Collection particulière : les allocations des plus grands domaines français

La collection particulière qui vous est proposée aujourd’hui aux enchères ferait rêver n’importe quel amateur de vin. Elle recèle en effet les plus grands vins français (particulièrement de Bourgogne et du Rhône), conservés dans des conditions optimales et quasiment toujours acquis par allocation directe ou via des cavistes eux-mêmes allocataires. Que rêver de mieux ?

L’amateur qui propose aujourd’hui une partie de sa cave aux enchères est heureux de pouvoir offrir de tels trésors patiemment et progressivement acquis durant presque 30 ans à d’autres grands œnophiles. Heureux, oui, car ce grand passionné conserve tout de même une bonne partie de ses vins pour son usage personnel, ce qui lui permet de se séparer d’une partie de sa cave sans trop de regrets. « J’achète du vin depuis presque 30 ans et suis allocataire de certains domaines prestigieux, ou client fidèle de cavistes eux-mêmes allocataires. Je reçois donc mes allocations chaque année, ce qui accroît continuellement le stock de ma cave. J’en suis arrivé à un stade où j’ai bien plus de vins que je ne peux en consommer. »

Des goûts éclectiques et un fil conducteur : finesse et potentiel de garde

Curieux et passionné, cet œnophile s’est intéressé à la plupart des grandes régions françaises, avec une prédilection pour la Bourgogne, la Loire, l’Alsace et le Rhône, mais sans se fermer au reste. « En matière de vin, je suis vraiment curieux et j’aime explorer la diversité des terroirs du vignoble, mais aussi expérimenter des styles de vins très contrastés. » On retrouve tout de même un dénominateur commun aux différents vins de cette collection : la finesse et l’élégance, mais aussi le potentiel de garde, la capacité à se bonifier avec le temps. « J’aime les vins à maturité, lorsque cela accentue la finesse, la subtilité des arômes tertiaires. Et je parle aussi bien pour les vins rouges que les vins blancs. Les gens ont souvent tendance à croire que les blancs ne gagnent pas forcément à vieillir longtemps, mais je pense que c’est une erreur, pour ma part, j’ai eu certaines de mes plus grandes émotions de dégustation avec de grands blancs à maturité. Je pense par exemple à certains Coche-Dury ou Auvenay du milieu des années 1990 ou du début des années 2000. Avec des Chablis également, qui, après 15 ou 20 ans de garde sont exceptionnels et offrent des émotions vraiment particulières. Je me souviens d’un Dauvissat 1996, de vieux Raveneau… Même si pour moi, le summum de la finesse reste un Rayas à maturité ! »

Le vendeur a également privilégié autant que faire se peut les grands formats : « J’ai toujours essayé d’acheter, lorsque c’était possible, en grand format, car cela favorise la qualité et la capacité de vieillissement. Je trouve que les grands formats font vraiment la différence, aussi bien à la dégustation immédiate qu’au vieillissement ; et puis il y a bien sûr un côté festif en plus. »

Un sourcing parfait

Cet amateur a toujours eu à cœur de s’approvisionner le plus à la source possible, en ne passant jamais par plus d’un intermédiaire et, dans la mesure du possible, en s’approvisionnant directement aux domaines. Ayant commencé très tôt à s’intéresser au vin, il a eu la chance de pouvoir développer ses achats en direct de nombreux vignerons, mais aussi via des relations fidèles avec certains cavistes allocataires. « Dans les années 1990, c’était encore relativement facile d’obtenir des allocations de grands domaines, y compris en Bourgogne, on pouvait facilement avoir un rendez-vous au domaine. Ce n’était pas du tout comme aujourd’hui. J’ai vraiment eu la chance de m’y intéresser au bon moment, lorsque ces vins étaient un peu moins à la mode et donc moins difficiles à trouver qu’aujourd’hui. »

Une conservation optimale des vins, dans sa cave et dans des crayères parisiennes

Quand un grand passionné a passé près de 30 ans à constituer sa cave, vous imaginez bien qu’il a tout mis en œuvre pour les conserver dans les conditions les plus parfaites possibles. « A peu près la moitié de mes vins sont stockés dans ma cave personnelle. J’y ai fait installer par des professionnels une climatisation et un système de contrôle de l’hygrométrie spécifiques pour les caves à vin. L’autre moitié de mes vins est stockée chez un professionnel parisien, dans des crayères, où là aussi, les conditions sont optimales. » De leur achat jusqu’aujourd’hui, ses vins n’ont jamais bougé.

 Un trésor de grands vins à maturité, du jamais vu !

Dans chacune des régions auxquelles il s’est intéressé, cet amateur s’est tourné vers les meilleurs producteurs. Il a passé beaucoup de temps à constituer sa cave, notamment en visitant les domaines, toujours avec un grand plaisir. C’est ainsi que les vins qui sont aujourd’hui proposés à la vente regroupent à peu près tout ce que l’on peut rêver de mieux en France.

En Bourgogne par exemple, vous retrouverez aussi bien des signatures des plus prestigieuses, comme le domaine de La Romanée-Conti, le domaine Leroy (Richebourg, Chambertin, Clos de la Roche…), le domaine d’Auvenay (Chevalier, Gouttes d’or…), Coche Dury (Corton Charlemagne, Meursault Perrières…), les Comtes Lafon (Montrachet …), Dujac, Comte Georges de Vogüé, Dugat-Py, Georges Roumier, Emmanuel Rouget, le domaine Ponsot en jéroboam, le domaine Leflaive avec un Montrachet 2005…ainsi que des vins plus pointus comme le domaine Arnaud Ente, très en vogue, ou de grands Chablis signés Raveneau et Dauvissat. La sélection fait la part belle aux plus grands vins blancs matures.  Une vingtaine de lots bourguignons en grands formats sont présentés à la vente.

Les vins issus du Rhône sont au moins aussi incroyables. Vous y retrouverez de vieux hermitages de Jean-Louis Chave, incluant la cultissime cuvée Cathelin 1998, 2000, 2003, 2009 – cuvée qui, rappelons-le, n’est plus commercialisée aujourd’hui -, la Cuvée Da Capo du domaine du Pegaü (1998, 2000), Château-Rayas dans de vieux et très grands millésimes (1985, 1988, 1989, 1990, 1996, 1998, 1999, 2003, 2004, 2005, 2008), la Réserve des Célestins d’Henri Bonneau (1998, 2000, 2001), au  milieux d’autres grands châteauneufs, les LA-LA-LA de Guigal, des côte-rôties de Jamet et René Rostaing… Vous y trouverez même l’un des satellites de Rayas : Fonsalette, dans de nombreux millésimes dont une très rare cuvée Syrah 1978. L’une des plus belles sélections de vins du Rhône que nous ayons vues !

Dans la vallée de la Loire également, on retrouve les plus grandes stars : le Clos Rougeard (le Bourg 1989 en magnum, 1997), Dagueneau (Clos du calvaire, …), la Goutte d’Or 1990 et la 4ème trie 89 du Clos Naudin, de vieux millésimes du domaine Huet, La Coulée de Serrant ou encore le très recherché Stéphane Bernaudeau.

En Alsace, la sélection se concentre sur le meilleur et sur de beaux millésimes matures avec par exemple le riesling Clos Sainte-Hune Vendanges Tardives 1983 de Trimbach ou le gewurztraminer Quintessence de Grains Nobles Cuvée d’Or 1989 du domaine Weinbach.

Dans les autres régions, vous trouverez d’autres vins incroyables, comme la grange-des-pères 1998, 1999, 2001, 2002, 2003, 2004 et 2009, le Clos des Fées avec le premier millésime de la petite-sibérie (2001), de très rares grands formats de Clinet 89 et de Mouton 86, yquem 1989, le Clos Joliette en moelleux 1973, château-margaux 1995, des arbois Pupillin et vin jaune de Pierre Overnoy, des champagnes de Jacques Selosse… Nous ici, c’est bien simple, on n’en revient pas. Quand on pense qu’il ne s’agit que d’une partie de la collection de cet amateur…

Très bonnes enchères à tous !
13/12/2018 – 14h00 : Autres régions 1910-2016
13/12/2018 – 14h30 : Rhône 1999-2009 – blanc
13/12/2018 – 15h00 : Rhône 1978-2010 – rouge
13/12/2018 – 15h30 : Bourgogne 1996-2015 – blanc
13/12/2018 – 16h00 : Bourgogne 1988-2015 – rouge

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Famille Michel Redde

Michel Redde & Fils : quand trois générations s’unissent…

Tradition et modernité ne sont pas toujours incompatibles. C’est ce que nous prouvent au fil des millésimes les vins de Michel Redde, de son fils et de ses petits-fils.

top 100 idealwine

Grands crus : les 100 bouteilles les plus chères du marché

Au palmarès des 100 bouteilles adjugées au plus haut niveau lors des ventes on-line du premier semestre 2014 sur iDealwine, Bordeaux compte 60 représentants, contre 37 pour la Bourgogne. Un ...

David Moret, grand négociant des blancs de la Côte de Beaune

Depuis son chai à Beaune, David Moret vinifie et élève des vins des plus belles appellations de la Côte de Beaune (notamment en Meursault). Ses vins, concentrés et plein de ...