Collection particulière : joyaux de la vallée du Rhône aux enchères

cave-le-schaeffer

Cette vente revêt un caractère singulier : issue de la cave particulière d’un restaurant situé en Ardèche, sur les berges du Rhône, elle est uniquement composée de prestigieux flacons de cette région. En effet, le vendeur, propriétaire de l’hôtel Le Schaeffer, avait choisi pour la carte des vins de son restaurant de faire la part belle à ses voisins vignerons. Zoom sur cette vente inédite et entretien avec cet homme passionné pour qui le vin est un véritable savoir-vivre à la française.

Ne ratez pas le coche, les enchères se déroulent en ligne sur iDealwine jusqu’au 4 juillet prochain ! Elle est l’occasion rêvée pour vous emparer des lots rhodaniens absolument incroyables, tout droit jaillis de la cave du Schaeffer qui s’apprête à changer de gérant. Ainsi, séduit par une première expérience de vente sur notre plateforme, le propriétaire à décidé de se séparer d’une autre (belle) partie de sa collection.

Découvrez donc quelques 200 cuvées très pointues millésimées de 1994 (année de naissance de votre chère rédactrice 😊) à 2016. Il y en a donc pour tous les goûts : des cuvées déjà matures qui n’attendent qu’à être bues et d’autres qui requièrent un repos de quelques années dans VOTRE cave ! Des millésimes d’exception, il y en a. 1998 avec les cornas d’Auguste Clape ou la côte-rôtie de Jamet. 1999, 2001, 2005, 2009 et 2010 font la part belle aux côte-rôtie, aux cornas et aux saint-joseph.

Les belles étiquettes ne manquent pas. Il faut dire que cet amateur professionnel a tissé de très beaux liens avec des figures emblématiques de sa génération comme Alain Voge, Yves Cuilleron ou Auguste Clape.  Du côté septentrional, les appellations Cornas, Côte-Rôtie, Saint-Joseph et Condrieu occupent une place de choix et sont mises en lumière par des vignerons comme François Villard et feu Georges Vernay. Grand amateur de cornas, le vendeur nous cède avec un pincement au cœur, ceux d’Auguste Clape. Et les côtes-rôties ? Elles abondent en de nombreux millésimes pour le plus grand bonheur de ceux qui ne veulent pas attendre pour déguster certaines cuvées d’exception. Forcément, on retrouve les mythiques LA-LA-LA de Marcel Guigal mais aussi celles du Domaine Jamet et d’Yves Cuilleron. Plus au sud, des châteauneufs-du-pape de la Famille Perrin n’attendent que vos enchères pour atteindre tranquillement leur apogée chez vous.

Cette belle cave vous intrigue et vous souhaitez en savoir plus sur ce vendeur aux goûts très sûrs ? Nous le savions. Notre curiosité nous a poussés à lui poser quelques questions. Retranscription d’un dialogue entre passionnés de vins.

Quand et comment avez-vous commencé à constituer votre cave ?

J’ai démarré mon métier à l’âge de 24 ans avec très peu de connaissances en matière de vin. Alors, j’ai acheté un livre de poche que j’ai lu de long, en large et en travers et je me suis beaucoup renseigné auprès de mes clients amateurs. J’avais aussi un grand avantage : je vis dans une région viticole. J’étais donc entouré de vignerons qui travaillaient à quelques kilomètres seulement. C’est très facile pour apprendre sur le terrain.

En montant ma cave progressivement, je me suis mis à beaucoup apprécier le produit. A tel point que j’ai à mon tour planté des vignes en appellation Saint-Joseph, dont je vendais le fruit exclusivement dans mon restaurant.

Quelle stratégie avez-vous suivi pour élaborer votre cave ?

Etant dans une région viticole, j’étais enclin à valoriser les vins du coin. Ma cave était donc principalement constituée de vins rhodaniens. Comment ai-je pu avoir les bonnes intuitions d’achat ? Le fait de vivre sur place m’aidait à maîtriser les caractéristiques de chaque millésime et je connaissais les vignerons réputés. J’allais donc les voir directement pour m’approvisionner à la source.

Comment conserviez-vous vos flacons ? A quoi ressemblait votre cave ?

J’ai eu la chance d’avoir une cave enterrée et voûtée avec un effet climatisé. Nous stockions tout nous-même et avions un espace suffisamment grand pour accueillir jusqu’à 15 millésimes par référence… De beaux volumes donc !

Pourquoi avoir choisi iDealwine pour revendre vos vins ?

J’avais déjà revendu quelques bouteilles via votre plateforme il y a quelques mois et j’avais apprécié son sérieux, sa bonne organisation et la passion qui anime les équipes de la société. Je cherchais en effet une entreprise honnête et, surtout, je voulais que mes bouteilles partent entre les mains d’une clientèle qui apprécie mes vins. Me séparer de ma cave est douloureux, savoir qu’elles appartiendront à des gens qui aiment le produit me console donc.

On voit donc que vous faites la part belle à la vallée du Rhône, mais avez-vous d’autres régions de prédilection ?

Oui, bien sûr. J’apprécie énormément les vins d’Alsace, de Bordeaux et de la Loire. En réalité, je suis plus sensible au vin bien fait plutôt qu’à une région viticole en particulier. Des gens sont capables de produire des choses bien partout, je pourrais donc tout apprécier. Par exemple, un jour j’ai goûté un vin des Fiefs Vendéens… et pourtant la Vendée- ma région d’origine- n’est pas réputée pour son savoir-faire bacchique !

Quelle est l’acquisition dont vous êtes le plus fier ?

J’apprécie énormément le travail d’Auguste Clape. On ne l’appelle pas le Pape de Cornas pour rien ! J’ai bu une de ces cuvées millésime 1998 à l’aveugle avant-hier. Un vin sublime élevé en vieux foudre. En plus d’apprécier la patte de l’homme j’apprécie sa grande humilité.

 Quel est votre plus beau souvenir de dégustation ?

Grâce à mon métier j’en ai beaucoup comme celui d’un dîner d’anniversaire célébré avec 93 bouteilles de 1947. Des musigny, des latour, des jean-louis-chave et bien d’autres étaient de la partie… Une autre dégustation émouvante : celle d’un repas réalisé autour de la totalité des vins du Domaine de la Romanée Conti. Mémorable.

Pour conclure, avez-vous un conseil à donner à ceux qui veulent revendre leur vin ?

Vous savez pour moi, le vin est une notion de partage, une histoire, un échange avec des hommes. Je ne me sépare donc pas de ma cave de gaité de cœur. Je ne sais pas si j’aurai un conseil à transmettre… Si ce n’est se tourner vers iDealwine !

 

Chers amateurs, vous voyez maintenant ce qu’il vous reste à faire :). Bonnes enchères !

Consultez toutes les ventes de vin sur iDealwine

Recherchez le prix d’un vin

Pas encore inscrit(e) pour participer aux ventes ? Complétez votre inscription, c’est gratuit !

A lire également dans le Blog iDealwine :

LA-LA-LA : un mythe signé Guigal

Une matinée au domaine de La Romanée-Conti

Enchères : 10 000 flacons d’orfèvre, les sommets du vignoble

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Vente en salle : les trésors d’un grand restaurant aux enchères

De quoi devenir fou ! En parcourant les quatre catalogues de cette vente exceptionnelle de la cave du restaurant Alain Chapel, impossible de ne pas être dangereusement tenté : à ...

Grands crus, premiers crus, accords mets et vins, tout savoir sur Chablis

Le nom de chablis est sans doute l’un des plus connus des amateurs de vins, au point qu’aux Etats-Unis il fut jusqu’à peu synonyme de « vin blanc. » Mais ...

Le vin à Hong Kong vu par les « Wine Explorers »

Les globe-trotters de l’expédition « Wine Explorers » poursuivent leur bonhomme de chemin à travers le monde. Récemment, ils ont visité Hong Kong, et ont pu étudier, à travers des ...