Bonne table : le Saint-Joseph

saint-joseph-1C’est une devanture comme il en existe des milliers dans le paysage bistrotier français. Le gastronome non averti ne relèverait pas même le nez. Mais ne vous arrêtez pas aux apparences et persévérez : le coeur du Saint-Joseph bat de la passion de Denis Jublan, son propriétaire, pour les bons produits. Et le nôtre pour cet endroit que ne pouvions manquer de vous présenter le jour de la Saint… Joseph.

Ce Breton formé sur les bancs hôteliers de la République a navigué entre Paris et les États-Unis, un petit exil de deux ans à la solde d’un milliardaire texan. Revenu au bercail en 2000, arrimé au port de la Garenne Colombes, il crée le Saint-Joseph. A la même époque, une autre enseigne, bachique celle-là, levait le rideau pas très loin de là…

Et de quoi se sustente-t-on me direz-vous ? « De nourritures spirituelles » informe Denis.

Mais encore ? De la cuisine de terroir, entendez les grands classiques sans chichi, poussant avant tout le produit et lui seul, sans fioritures ou déco superflue. « La base, c’est le produit. Et rien d’autre ». Pas de secret, il faut se lever tôt, être à Rungis dès 5h puis passer sur les marchés alentour remplir les assiettes du déjeuner.

saint-joseph-3Il n’est qu’à jeter un oeil à la cuisine pour prendre la mesure du propos : un réfrigérateur à peine plus large que le vôtre. Tous les produits achetés le matin seront préparés et consommés dans la journée.

Comme cette terrine de canard artisanale, cette verrine de chèvre frais et piments sur un lit de tomates ou cette rémoulade de céleri au crabe. Suivront un marbré de boudin noir aux pommes et foie gras, un confit de canard aux lentilles du Puy, un pavé de veau de lait ou un magret de canard dans son jus. Encore une petite place pour le dessert ? Foncez sur les financiers et glace au pain d’épices, le riz au lait figues abricot, la panna cotta ou la poire pochée au chocolat.

Tout cela semble bien alléchant, mais que boit-on avec ?

De fort jolies Pichon Longueville Comtesse de Lalande à 90 €.

Enfin la cuvée 733 de Jacquesson en champagne (64 €) ou l’Extra Brut 1996 de la même maison à 120 €.

Y est-on heureux ? Je pense bien. Le service est prévenant et souriant.
Qu’attend-on pour y aller ? Un faux prétexte, et encore…
Y retournera-t-on ? Seriez-vous désobligeant ?

Le Saint-Joseph
100 boulevard de la République
92250 La Garenne Colombes
Tél. : 01 42 42 64 49
Menu-carte à 26 € / Carte à 40 € env.

A lire également :
Une bonne table à découvrir à Arbois (04/02/2010)
Les articles de la rubrique 100% blog

Tags:

  • Voir les commentaires (1)

  • renaud

    6 ans que je suis un fidèle et cela ne risque pas de changer !!
    Denis est un pro des bons produits, frais du jour et …. gouteux !!
    Sa carte des vins est tip-top, sélection précise quel que soir le prix (ah…. son Fleurie introuvable par le quidam moyen !!)
    Et le service de Marie et de Patricia vous emballe dans ce bon moment !!
    Allez-y les yeux fermés !! contrairement à d’autres restaurant plus branché …. plus bobo, la qualité est toujours là !! (la constance étant la marque des bons !!)
    Tiens j’y retourne !!
    Renaud

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

raisin

Menaces sur la collection de cépages du domaine de Vassal

Le domaine de Vassal est une propriété de l’Inra (Institut national de la recherche agronomique) où sont conservées près de 4 000 variétés de vignes provenant de 50 pays. Une ...

Palmarès Women Equity | Angélique de Lencquesaing, distinguée pour la 2e année consécutive

Women Equity publiait ce lundi son palmarès annuel des PME de croissance française co-dirigées par des femmes, parmi lesquelles figurait pour une seconde fois iDealwine.

La vigne en Gaule de Domitien à Probus : la naissance du vignoble bourguignon

Après l'épisode (sanglant) du règne de Domitien, la suite de l'histoire nous mène jusqu'au IIIe siècle. Nous voici arrivés à Probus, empereur romain qui régna de 276 à 282 ap. ...