Belles enchères sur les millésimes matures des grands domaines bourguignons


visuel-online-lafon
Les enchères qui se sont achevées le 15 juin ont vu s’opérer une modération sur les prix de plusieurs régions, notamment la Champagne, Bordeaux et dans le Languedoc le domaine de la Grange des Pères. En revanche, la Bourgogne affiche de beaux résultats, notamment sur les blancs.

A Bordeaux, l’un des grands indicateurs du marché est le château Lafite Rothschild, qui demeure le baromètre de l’état de la demande asiatique. Actuellement, on constate une stabilisation, voire une légère baisse du prix des vins de ce premier cru de Pauillac. Des bouteilles de 1982 et de 1996 se sont vendues à des prix équivalents ou inférieurs à leur cote iDealwine. Le marché fait donc une pause sur ce vin, même dans les millésimes prêts à boire. Dans le même temps, à Bordeaux, les millésimes récents s’inscrivent dans une tendance similaire : exemple avec un lot de 12 carruades-de-lafite-rothschild 2008 ou encore un lot de 6 montroses 2009, tous deux adjugés à des prix en léger retrait. Une exception, le château Mouton-Rothschild, dont les flacons du millésime 2000 et leur gravure dorée d’anthologie continuent d’afficher une belle progression. Une bouteille a été adjugée 1440€ (+9%) à la faveur d’un amateur français, et ce Premier Cru reste un must des cotes iDealwine.

Pourtant, une constante demeure : les millésimes à maturité restent bien orientés. Le millésime 1995, par exemple, fait véritablement partie des belles années à choisir pour découvrir les qualités d’un grand vin de Bordeaux parvenu à son apogée. Nous en voulons pour preuve les exemples de Cheval Blanc (un lot de 12 bouteilles adjugé 3840€, +7%), de Latour (un lot de 2 bouteilles adjugé 900€, +16%), ou de Margaux (un lot de 2 bouteilles adjugé 756€, +9%). A des prix moins élevés, des 2005 des châteaux La Lagune et Carbonnieux se sont également bien vendus (respectivement +24% et +10% de hausse).

En Bourgogne, une fois de plus, le domaine de la Romanée-Conti s’affiche en grand maître des enchères. Un richebourg grand cru 1998, mis en vente sans prix de réserve, s’est vendu pour la somme de 1202€, soit une hausse de 33% par rapport à sa cote : et voilà un autre amateur français qui va pouvoir partager un bout d’Histoire 🙂 . Néanmoins, c’est en blanc que le marché des bourgognes est particulièrement actif, dynamisé encore une fois par tous les flacons portant la signature de Coche-Dury : un meursault 1er cru Genevrières 2007 a notamment été acquis par un professionnel de l’Hexagone, pour un montant de 672€ (+60%). C’est également le domaine Raveneau qui a fait sensation : un lot de 3 chablis grand cru Valmur 1995 a été adjugé 606 € (+37%), tandis qu’un amateur russe a jeté son dépourvu sur une bouteille de chablis grand cru Les Clos 1998 pour 324€ (+47%). Enfin, le domaine des Comtes Lafon repart à la hausse dans les millésimes récents, notamment avec son montrachet grand cru qui occupe le haut de l’affiche sur les millésimes 2010 et 2008.

La rarissime cuvée Cathelin de Jean-Louis Chave, sans surprise, obtient la médaille d’or du Rhône dans cette vente. Cette fois-ci, il s’agissait du millésime 2000, qui a été adjugé 2220€, soit une hausse modérée par rapport aux dernières adjudications… mais il faut dire que cette cuvée atteignait déjà des sommets. Si bien qu’à côté, la cuvée « classique » de Chave apparaît comme en retrait… alors que de très beaux prix lui ont été attribués : un lot de deux hermitages 2001 a été adjugé 456€ (+13%) au profit d’un amateur français. Côté grandes maisons, Guigal a séduit un amateur hongkongais avec sa côte-rôtie La Turque 1999 (432€, +16%), tandis que les prix de Chapoutier continuent d’augmenter, notamment ceux des hermitages Le Pavillon et l’Ermite dans le millésime 2009. A Cornas, bien que leurs prix se stabilisent, les vins de Noël Verset sont toujours aussi convoités. Et plus au Sud, le château Rayas séduit toujours les amateurs des quatre coins du monde : de 2000 à 2006, ses flacons ont tous été acquis à des prix croissants depuis la Belgique, la Suisse, et Hong-Kong. Enfin, bravo à ce professionnel britannique qui, tenace dans ses enchères, a mis la main sur la cuvée spéciale d’Henri Bonneau à Châteauneuf-du-Pape, millésime 1990, pour 792€… un prix doublé par rapport à sa cote.

En Loire, outre le Clos Rougeard, tous les yeux étaient rivés sur les cuvées de François Cotat, en commençant par son sancerre La Grande Côte 1990 (un lot de 2 bouteilles adjugé 418€, +34%), acquis par un heureux amateur hollandais. A un prix plus stable, un lot de deux « cuvées spéciales » du sancerre La Grande Côte, sur le millésime 1995, est parti pour une centaine d’euros l’unité. L’effet de rareté joue évidemment, puisque François Cotat fait partie de ces « papes » de Sancerre… qui n’ont que rarement des vins disponibles.

Dans les autres régions, l’élément principal est une stabilisation voire une baisse des prix pour le domaine de la Grange des Pères, de Laurent Vaillé. Il faut surtout y voir une respiration après une longue période de hausse qui semblait ne plus devoir finir. En Champagne, on constate également une modération sur les cuvées de prestige, puisque les prix des Carelles pour Selosse, Dom Pérignon pour Moët & Chandon, ou Collection Imaî pour Taittinger, ont eu tendance à se replier légèrement aux enchères iDealwine. L’exception revient au Clos du Mesnil de Krug qui a bien performé sur une bouteille du millésime 1985 (adjudication à 1740 €, + 67%).

Accédez aux belles enchères de la vente du 15 juin 2016 : voir le rapport

Vendre son vin avec iDealwine

Recherchez le prix d’un vin

Demandez une estimation de vos vins (gratuite)

Consultez les ventes de vin

A lire également dans le Blog iDealwine :

Enchères : 3 000 lots et une superbe sélection du domaine Lafarge

Belles enchères : franc succès pour les grandes signatures du Rhône

Belles enchères : une intégrale des cuvées du domaine Dagueneau fait la Une

Belles enchères sur le millésime « anniversaire » 1966, les champagnes prestigieux et de vieux yquems

Belles enchères : les amateurs se tournent vers la Champagne et les vins du Sud

International Wine Auction, filiale d’iDealwine, première maison française de vente de vins aux enchères en 2015

Les indices WineDex® iDealwine en hausse de 12,17% en 2015

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

a la une london

Du vin made in London ?

London Cru c’est la nouvelle winery londonnienne. Du vin fabriqué au cœur de la capitale britannique à partir de grappes exclusivement françaises.

VinExpo 2010 à Hong Kong : c’est parti !

La soirée d’ouverture de l’édition 2010 de VinExpo était animée lundi soir par la Jurade de Saint-Emilion autour d’un grand dîner de gala réunissant plus de 500 convives au Hyatt ...

Vente en salle : la Bourgogne en tête d’affiche

Ce catalogue aligne une belle série de flacons d’exception, notamment en Bourgogne. Profitez-en vite, vous pouvez placer vos ordres sur cette vente via iDealwine et ce jusqu’au 10 octobre.