Belles enchères de janvier | Grange des Pères, Jura, collectors du Rhône : aucun répit !

Encheres-janvier-2020-RhoneAlors qu’on aurait pu croire à une accalmie des enchères de vins en janvier, après l’effervescence qui entoure toujours les grandes ventes de fin d’année, les enchères ont au contraire été très dynamiques en janvier, dans la même lignée que le mois précédent.  Ce sont d’ailleurs également les mêmes tendances qui se poursuivent : les collectors du Rhône sont de plus en plus recherchés, et le premier millésime de la Grange des Pères atteint des sommets.

Grands millésimes matures de Bordeaux, grands champagnes millésimés, Grange des Pères, stars jurassiennes : pas de répit pour les enchères !

A Bordeaux, le marché demeure encore et toujours stable, à l’exception de certains premiers crus dans de vieux et grands millésimes, tels angélus 2000 (2 724€, +11%), la-mission-haut-brion 1953 (2 554€, +56%) et lafite-rothschild 1959 (2 395€, +12,5%) ; château-margaux 1990 (860€, +16%). Une preuve que Bordeaux est toujours en mesure d’attirer les amateurs, à condition qu’il s’agisse de millésimes matures et très qualitatifs. Notons que la plupart des belles enchères de lots de Bordeaux ont été cette fois-ci été acquises par des européens (amateurs et professionnels) et non des asiatiques.

De manière générale, la Loire se montre dynamique dans les enchères de janvier sur ses signatures les plus emblématiques (Dagueneau, Huet et particulièrement la Coulée de Serrant), tandis que les cours du Clos Rougeard se stabilisent. La rarissime cuvée Astéroïde de Dagueneau a été adjugée 1 167€ dans le millésime 2006, pour un écart à la cote de 37%.

En Champagne, ce sont encore une fois les cuvées les plus prestigieuses dans de vieux millésimes qui se sont distingué à des niveaux de cours en forte hausse : Krug Clos du Mesnil 1986 (1228€, +33,5%) ; Roederer Cristal 1985 (467€, + 34%).

Dans les autres régions, on note surtout la confirmation des cours extrêmement hauts du premier millésime de la Grange de Pères (1992), qui avait établi un record mondial sur iDealwine en décembre dernier (5 219€) et qui a été adjugé à 5 035€ en janvier. Un vin déjà collector et extrêmement rare. L’attrait pour les vins de ce domaine se confirme d’ailleurs dans la plupart des autres millésimes (matures ou plus récents), qui affichent des croissances à plus de 20% et parfois même au-delà des 50%.

Également, la très bonne forme du Jura ne faiblit pas et les vins jaunes du domaine Overnoy dans les millésimes matures continuent une envolée qui semble presque inexorable. Le millésimes 1990 a ainsi trouvé acquéreur pour 1 658€ (+12,5%), tout comme le 1983 pour 1 658€ (+50%). De même, le discret mais si recherché domaine des Murmures n’en finit pas de grimper, avec le poulsard 2015 qui s’est envolé à 589€.

Domaine de la Romanée-Conti, Coche-Dury, Roumier… : stabilisation au plus haut niveau

En Bourgogne, on assiste, comme depuis plusieurs mois, à une stabilisation au plus haut niveau de la plupart des cuvées du domaine de la Romanée-Conti, avec par exemple un romanée-conti 2012 adjugée à 14 859€ (stable) ; seules certaines cuvées plus abordables – si l’on ose dire – affichent de fortes hausses de prix, opérant une sorte de rattrapage comme le montrachet 1984, adjugé 3 807€ (+54%) ou le grands-échézeaux 2008, à 1 719€ (+12%). On observe le même phénomène parmi les autres domaines stars de la région, tels Georges Roumier, Jacques-Frédéric Mugnier, Coche Dury, Armand Rousseau : la plupart des cours sont stables ou en très légère hausse, mais dans certains millésimes recherchés, ils continuent de croître fortement. C’est par exemple le cas du musigny 1987 de Georges Roumier, adjugé 6 877€ – +32% ; du corton-charlemagne 1998 de Coche Dury, à 2 579€ – +60,5% ; ou du chambolle-musigny 1er cru Les Amoureuses Domaine 2011 de Georges Roumier vendu 1 719€ – +41%. A noter, un vieux volnay qui a été adjugé 1 544€ les deux bouteilles de 1er cru En Caillerets 1959 du domaine Piat, un négoce aujourd’hui disparu et une rareté. Les acheteurs de ces grands crus de Bourgogne sont bien répartis aux quatre coins du monde (France, Europe, Asie, Russie, Etats-Unis) et aussi entre amateurs et professionnels.

Vieux collectors de la vallée du Rhône

Dans la vallée du Rhône, on constate comme le mois dernier que les collectors, issus de domaines disparus et/ou de vignerons décédés (Gentaz-Dervieux, Raymond Trollat, Henri Bonneau) explosent : +126% pour la côte-rôtie Côte Brune 1983 de Marius Gentaz-Dervieux (2 395€) ; +91% pour un magnum de saint-joseph de Raymond Trollat 1999 (2310€) ; tandis que les lots du châteauneuf-du-pape Réserve des Célestins d’Henri Bonneau augmentent plus modérément (jusqu’à 16,5% pour le millésime 1990, à 1 412€). Mais c’est la région tout entière, du nord au sud, qui affiche un réel dynamisme. Si, d’une manière générale, les hausses de cours sont modérées, on note parfois quelques  envolées impressionnantes comme c’est le cas avec la Côte-Rôtie Côte Brune 1991 de Jamet, adjugée 1 375€ (+103%).

Accédez aux résultats des ventes aux enchères de vin de janvier 2020 et consultez les derniers auction reports.

Accéder aux enchères iDealwine

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Bordeaux : pourquoi faut-il se ruer sur le millésime 2016 ?

Très grand millésime pour les vins rouges et millésime fort honorable pour les blancs secs et liquoreux, le 2016 est LA bonne affaire de ces dernières années à Bordeaux.

Bonne adresse : les 110 de Taillevent se mettent à l’heure anglaise avec les vins du Commonwealth

Jusqu’au 2 août prochain, la brasserie chic « Les 110 de Taillevent » propose une découverte des vins du Commonwealth. Un voyage passionnant au travers d’accords mets et vins qui ...

Grands Prix RVF 2018

Les Grands Prix 2018 de La Revue du vin de France distinguent Cédric Klapisch et Jean-François Ganevat

Décernés le jeudi 11 janvier, les Grands Prix de La Revue du vin de France ont choisi de distinguer le réalisateur Cédric Klapisch en tant que personnalité de l’année. Jean-François ...