Belles enchères : de Bordeaux à la Loire, les grands millésimes mûrs à l’honneur

rhône bordeaux bourgogne lafite petrus

 

Les dernières enchères se sont achevées sur iDealwine le 27 janvier dernier. L’occasion de célébrer les millésimes à maturité, plébiscités dans toutes les régions. Revue de détail.

A Bordeaux, ce sont une fois de plus les années les plus anciennes qui ont creusé l’écart, au Château Latour notamment, qu’il s’agisse du millésime 1970 par exemple (960€, +50%), ou du 1955 (672€, +19%). Idem pour Lafite, dont un 1952 a été adjugé 1380€ (+49%). Même les « petites » années de Petrus s’envolent : le 1977 atteint 1260€ (+30%). Deux autres tendances méritent d’être soulignées à l’issue de cette vente : Mouton Rothschild reste le 1er cru classé le plus recherché, que l’on parle du grand vin, ou de son second, le Petit Mouton, dont le 2010 atteint 140€ la bouteille ; par ailleurs les millésimes récents tels que 2009 et 2010 commencent – timidement – à retrouver le chemin de la hausse.

En Bourgogne on observe également de beaux résultats sur les millésimes matures, à l’instar des 324€ enregistrés sur un gevrey-chambertin 1er Cru Clos Saint Jacques 1976 du domaine Clair-Daü (+120%) ou, en blanc, des 324€ atteints par un chablis GC Valmur 1992 signé Raveneau. Mais là, et c’est parce que l’on est en Bourgogne, l’effet rareté joue à plein également sur les années plus récentes : les deux millésimes d’échézeaux du domaine de la Romanée Conti présents au catalogue, 2011 et 2012, voient également leur cours s’apprécier rapidement : +23% pour le 2011 à 960€ et +53% pour le 2012 à 840€.

Dans la vallée du Rhône, les millésimes mûrs, toujours… un rayas 1989 s’envole à 900€ (+80%), tandis que la cuvée Réserve des Célestins du domaine Henri Bonneau, dans le même millésime part pour 630€. Un hermitage signé Chave s’échange 300€ (+104%) pour le 1991 – superbe année dans l’appellation –. En Côte-Rôtie, aucun répit pour les flacons du domaine Gentaz-Dervieux : un 1990 atteint 960€ (+33%).

Dans la Loire, les amateurs se sont mis en quête, à tout prix, des flacons du Clos Rougeard, n’hésitant pas à faire flamber les cours des millésimes plus anciens, en tout cas de ceux dont les prix ne s’étaient pas encore tous alignés sur les niveaux atteints par les années plus récentes. Un Poyeux 1988 a ainsi vu sa cote passer de 60 à … 330€, tandis que le 1985 est adjugé 510€. On note aussi le haut niveau de cours atteint par le chinon Clos de la Dioterie 1989 du domaine Charles Joguet, adjugé 162€ (+50%). De jolies performances sont également à noter sur la cuvée Franc de Pied 2012 du domaine des Roches Neuves à Saumur-Champigny (55€) ou encore sur le saumur Brézé 2009 du domaine Guiberteau (68€). En Languedoc, on notera que pour un (rare) magnum issu du domaine de la Grange des Pères dans le millésime 2009 il faut désormais débourser 314€ (+19%).

Une verticale de Dom Pérignon

En Champagne, aux côtés des flacons de Dom Pérignon, qui enregistrent des enchères soutenues dans tous les millésimes, et notamment sur la cuvée Oenothèque 1996 (384€), un amateur français fait l’acquisition d’une rare verticale comportant les 15 années millésimées entre 1980 et 2004  pour la somme de 2550€ (+5%). Parmi les résultats les plus emblématiques de cette vente, un magnum de Cristal Roederer 1996 est adjugé 684€ (+30%) et la cuvée Comtes de Champagne de Taittinger poursuit sa trajectoire haussière. Des noms plus confidentiels sont également recherchés, à l’instar des maisons Egly-Ouriet, Gosset ou encore Moncuit.

Consultez les principaux résultats et les belles enchères de la vente du 27 janvier 2016

Vendre son vin avec iDealwine

Recherchez le prix d’un vin

Demandez une estimation de vos vins (gratuite)

Pour gérer votre cave, démarrez son estimation. Cette fonction nécessite de devenir membre du site (gratuit)

Consultez les ventes de vin

A lire également dans le Blog iDealwine :

Belles enchères : à l’honneur, une verticale de La Tâche, de vieux Dom Pérignon et la réserve des Célestins d’Henri Bonneau

Petrus, Hermitage La Chapelle 1961 et les grands champagnes concluent en point d’orgue les enchères de 2015

Enchères du 9 décembre : une bouteille de Romanée-Conti 2005 adjugée 11 880€

Belles enchères : flambée de cours sur Rousseau, Verset, Château-Grillet, Clos Rougeard et Selosse

Grands crus millésimés 1990, Romanée Conti, Jamet et Clos Rougeard prisés dans le monde entier

Enchères de vins on-line : un premier semestre 2015 en croissance de 12% chez iDealwine

International Wine Auction, filiale d’iDealwine, classé officiellement n°1 des ventes aux enchères de vin en France

Belles enchères : magnums, jéroboams ou impériale, prime aux grands formats

Belles enchères sur les les 100/100 Parker à Bordeaux, les grands noms de Bourgogne, du Rhône et d’ailleurs

 

 

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Placement vin : les 5 conseils d’iDealwine pour investir

L'investissement dans le vin peut s'avérer rentable, à condition de bien s'y connaître et de respecter quelques points clés. iDealwine vous livre ses cinq règles d'or.

Carafera ? Carafera pas ? Faut-il aérer les vins avant de les servir ?

Question existentielle pour de nombreux amateurs de vins, le passage en carafe est-il nécessaire ? Peut-on s’en passer ? Essayons d’y voir plus clair.

tendance de marché vin consommation mondiale

Les exportations de vins et spiritueux en hausse au premier trimestre 2015

Le ministère de l’Agriculture vient de publier les dernières statistiques sur les exportations de vins et spiritueux français pour le premier trimestre 2015, et ces chiffres sont plutôt bons : ...