Belles enchères d’avril | Bandol, Palette, Corse : une envie de soleil

Bandol, Palette, la Corse… des noms qui ont manifestement fait rêver les confinés que nous étions durant ce long mois d’avril…. L’ardeur des amateurs a fait grimper les cours des beaux flacons de ces appellations qui fleurent bon le soleil, la garrigue et le maquis. Cap vers le Sud !

Le mois dernier, vous avez manifesté un enthousiasme marqué pour les enchères iDealwine, merci à vous chers amateurs 😊. Il faut dire que la plupart des régions viticoles françaises étaient, une fois de plus, représentées dans les différents catalogues. Nous avons choisi ce mois-ci de nous attarder un peu sur les plus méridionales d’entre elles. En Provence, deux appellations se distinguent. Bandol tout d’abord, avec ses terroirs propices à l’épanouissement du cépage mourvèdre, qui donne des vins de grande, très grande garde. C’est le cas de la cuvée Cabassaou du domaine Tempier – propriété historique de la région, les vignes y ont été plantées sous Louis XV -. Produite en quantités confidentielles à partir d’un raisin cueilli à sa pleine maturité, cette bouteille atteint systématiquement des sommets, et plus encore quand il s’agit de millésimes matures. Le 1990 a ainsi été adjugé 307€ le mois dernier, à un amateur français. Issue d’un assemblage incluant 50% de mourvèdre, 20% de grenache, complétés de cinsault et de syrah, la Migoua se taille elle aussi un franc succès dans les années anciennes (1986 : 160€). Quant à la Tourtine, elle s’échange déjà à des niveaux élevés, même dans les années récentes : 63€ pour le 2013, 61€ en 2015.

Autre signature pétrie de références historiques dans l’appellation, le château Pradeaux, créé lui aussi au XIXème siècle, appartient à la famille Portalis, dont l’ancêtre fût le co-rédacteur du code civil. Les vins, prisés aussi pour leur belle aptitude au vieillissement, s’apprécient régulièrement dans le temps (68€ pour le millésime 2000), de même que ceux du château de Pibarnon, de création plus récente mais devenu un grand classique.

En s’éloignant un peu des rives de la Méditerranée, on trouve la signature phare des Alpilles, le domaine de Trévallon. Un vignoble de création récente, puisqu’Eloi de Dürrbach a entrepris de dynamiter les collines de la région pour planter ses vignes à l’orée des années 1970. Les amateurs se moquent bien de savoir sous quelle appellation sont étiquetés les vins (Coteaux d’Aix, IGP Alpilles) : les années « collectors » enflamment les enchères. Un 1990 a ainsi été adjugé 221€ en avril.

Mais revenons vers les rivages de la grande bleue, on sait que vous en rêvez 😉. A Palette, le Château Simone continue à faire vibrer les enchérisseurs, d’autant plus que les vins du domaine vieillissent avec une grâce infinie, et ce dans les trois couleurs. Les blancs, qui allient à la clairette (80% de l’assemblage) un assortiment de grenache, bourboulenc, ugni et muscat, sont particulièrement prisés, et le 2009 tutoie désormais les 100€ la bouteille (un flacon s’est vendu 94€ en avril, +35%). Si vous y a arrivez, tâchez d’oublier dans votre cave quelques bouteilles de ce vin, il gagnera encore en complexité et de sa richesse aromatique, sans rien perdre de sa fraîcheur. Un constat valable aussi pour les rosés, même si on ne les trouve que très rarement aux enchères. C’est bien normal d’ailleurs, car les amateurs ne les revendent surtout pas ! Les rouges ne sont pas en reste, puisque des lots millésimés 1997 et 1998 ont tout deux atteint 88€ la bouteille le mois dernier dans les enchères iDealwine.

Les vins corses sont beaucoup plus rarement présents aux enchères. Nous avons tout de même vu ses jolies signatures se distinguer dans les ventes d’avril, et notamment celles de vignerons qui travaillent en biodynamie. La cuvée Général de la Révolution du domaine Comte Abbatucci, un blanc renversant, assemblage de vermentino, rossola brandinca, riminese et carcajolo, atteint 58€ la bouteille en 2013 (+10%). On trouvait également dans les ventes d’avril plusieurs domaines très appréciés de l’équipe iDealwine, U Stiliccionu au Sud (Ajaccio) et Giudicelli au Nord (Patrimonio et Coteaux du Cap Corse). Rien de d’écrire leur nom, il nous prend l’envie de hisser les voiles pour rejoindre l’île de Beauté. Mais puisqu’il nous faut attendre encore avant de pouvoir d’aborder ses rivages baignés de soleil, pourquoi ne pas fondre pour un muscat du Cap Corse ? Ceux du Clos Nicrosi restent encore abordables…

Consultez les rapports d’enchères de vin iDealwine du mois d’avril 2020

Demandez une estimation pour votre cave

En savoir plus sur la revente de vin

Voir les ventes de vins de Provence

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Derniers jours des enchères on-line : l’exception est la règle !

Pendant quelques jours, 2000 lots sont encore accessibles aux enchères sur idealwine.com ! Comme toujours, les grands classiques bordelais et bourguignons sont très bien représentés, dans de nombreux millésimes, bien ...

400 cuvées, beaux millésimes, coups de cœur et grands classiques de Bordeaux

Qu’on le veuille ou non, les vins de Bordeaux demeurent incontournables pour tout amateur de vins qui se respecte. Non pas parce qu’ils sont les plus connus, mais plutôt parce ...

Des vignes au château de Schönbrunn

Les valses de Vienne de la Cour des Habsbourg semblent ressurgir du passé et rythmer à nouveau les soirées au ...