Belle reprise aux enchères pour les grands crus de Bordeaux

Haut-Brion-1982-iDealwineLes enchères qui se sont achevées le 29 mars sur iDealwine ont consacré le succès des grands crus bordelais, signe d’un retour en grâce des vins de cette région à l’aube des dégustations primeurs 2016.

Bordeaux, dans sa diversité, retrouve les faveurs des amateurs dans les ventes aux enchères. Et la vente qui s’est achevée le 29 mars sur iDealwine l’a une nouvelle fois prouvé. De beaux résultats ont notamment été constatés sur les millésimes parvenus à maturité, à l’instar de Smith Haut Lafitte 2000 (114€, +34%) ou Pontet Canet 2003 (105€, +17%). Sur la rive droite Angélus se distingue dans le millésime 1990 qui atteint 460€ (+5%). Des stars, telles que Haut-Brion 1989 ont aussi remarquablement performé. Ce premier cru de Pessac Léognan continue à surfer sur sa note 100/100 de Parker, et caracole désormais à 1440€ la bouteille (+23%). Dans le registre des millésimes du siècle, le 1982 n’est pas en reste : une caisse de 12 bouteilles de Château Haut-Brion a été adjugée 7632€, soit 636€ la bouteille (+13%), un lot de Château Mouton Rothschild à 940€ la bouteille (+4%), tandis que Lynch Bages, en magnum, partait pour 516€. Il est à cet égard intéressant de noter que dans ces grandes années, ces vins collector, sont pour la plupart acquis par des amateurs étrangers (Hong Kong, Chine continentale), prêts à payer le prix fort pour des vins d’une extrême rareté.

Dans ce registre des vins rares, Petrus demeure l’une des signatures les plus recherchées, y compris dans les millésimes encore relativement récents. Le 2009 atteint ainsi 3000€ (+14%), et même une année moins prisée telle que 2011 s’inscrit en hausse, à 1860€ (+19%).

Moins rares, mais tout aussi recherchés, certains seconds vins se sont aussi également distingués, à l’instar de Pavillon Rouge de Château Margaux, adjugé 129€ le 2008 (+36%), 132€ le 2003 (+16%) et 133€ pour le 2005 (+11%). Le millésime 2005 s’est d’ailleurs montré particulièrement favorable au Château Pape Clément dans cette vente, puisqu’un lot de six bouteilles s’est vendu 1068€, soit 178€ le flacon (+22%).

La vitalité que l’on constate actuellement sur les millésimes matures de grands crus de Bordeaux marque l’intérêt du marché pour des vins susceptibles de voir leur valeur s’accroître avec le temps.  La belle dynamique qui s’enclenche actuellement relance l’intérêt pour les vins de cette région, et ce au niveau international. Il ne reste plus qu’à espérer que les propriétés auront à cœur de maintenir intact cet engouement en offrant leur millésime 2016 à des cours susceptibles de pérenniser cette tendance favorable.

Accédez au rapport complet de la vente aux enchères de vin du 29 mars 2017

Demandez une estimation pour la vente de votre cave

En savoir plus sur la revente de vin via iDealwine

A lire également dans le Blog iDealwine :

PARUTION : Baromètre iDealwine 2017, une analyse prospective des ventes aux enchères de vin

Palmarès : le TOP 50 des vins les plus chers en 2016

Belles enchères : Guigal, Jamet, Gangloff, Rostaing font honneur à Côte-Rôtie

Belles enchères : de Bordeaux au sud de la France, la quête insatiable de la rareté

10 320€ pour un romanée-conti 1991 (+28%) adjugé le 14 décembre sur iDealwine

 

 

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

Le grand concours photo “Mets et Vins” iDealwine est ouvert sur Facebook !

Vous avez trouvé un accord fabuleux auquel personne n’avait pensé ? Vous avez tout simplement devant les yeux votre accord préféré ? Avec votre appareil photo ou votre Smartphone, prenez ...

Les Indispensables | Grands vins de garde : un peu de patience s’il vous plaît !

Domaines Gauby, Philippe Alliet, Clos du Puy Arnaud, des incontournables mériteraient d’être oubliés quelques années dans un coin de votre cave mais reste à savoir si vous y arriverez ?

ladybird and grapes

En quatre ans, la surface du vignoble bio a triplé en France

En 2014, les vignobles cultivés en bio devraient représenter plus de 8% du total du vignoble français, quatre fois plus qu’en 2010. Un peu plus coûteuse, mais avec un véritable ...