Belle enchère : 448€ pour un grand vouvray liquoreux !

Vouvray goutte d'orQui a dit que les liquoreux ne font plus recette ? C’est dans la vallée de la Loire que l’une des plus belles enchères a été enregistrée lors de la vente on-line qui se déroulait jusqu’au 12 juin sur iDealwine : un flacon de Vouvray « Goutte d’Or » 1990 a été adjugé 448€. Tour d’horizon des tendances observées sur les vins des autres grandes régions viticoles.

La vallée de la Loire peut réserver des surprises : d’ordinaire elle est connue pour la modération des prix pratiqués. Et pourtant, lors de la vente on-line du 12 juin,  un vouvray « Goutte d’Or » 1990 a été adjugé 448€ ! Une belle enchère pour ce rare liquoreux que le domaine Foreau ne produit que lorsque des conditions climatiques exceptionnelles sont réunies, comme ce fut le cas en 1947, et à nouveau en 1990.

Profitons-en pour faire un tour dans les autres régions représentées lors de cette vente. A Bordeaux, les prix se stabilisent, y compris sur les millésimes mythiques tels que 1982 : les premiers crus classés se vendent, mais sans enchères spéculatives. On note que les vins du château Lafite Rothschild, après des mois de baisse, s’échangent à nouveau, nombre d’entre eux prenant le chemin de la Grande-Bretagne. Une étape vers les marchés asiatiques ?
Parmi les vins qui font tout de même un peu grimper les enchères, on trouve au premier rang du palmarès les deux nouvelles stars du classement de Saint-Emilion : le Château Angélus, sur les millésimes tels que 2000 (346€) et 2005 (277€), et le château Pavie, adjugé 1533€ pour un double-magnum 2000. Notons aussi le succès, en magnum, de Château Cheval Blanc 2000, adjugé 1238€. Les vins des domaines Clarence Dillon enregistrent également de beaux résultats dans les grandes années (277€ pour Haut Brion 1996). Bonne tenue de Petrus, avec de belles enchères sur les millésimes 1992 et 1995. Quant aux Sauternes, ils attirent les amateurs de vieux millésimes : le Château d’Yquem 1961 a ainsi été adjugé 767€, en hausse de 57% par rapport à sa cote habituelle.

En Bourgogne, une caisse assortie des vins du domaine de la Romanée Conti, proposée dans le millésime 2000, a dépassé le seuil des 20000€ (21465€ exactement, soit +21% par rapport à la mise à prix). Acquise par un amateur français, restera-t-elle dans l’hexagone ? Même si les cours se sont stabilisés pour ces lots à peu près introuvables aujourd’hui, on sait qu’ils sont encore très recherchés en Asie… Autre vin rare, toujours prisé dans les ventes, le musigny : dans la vente du 12 juin, le plus spéculatif était issu du domaine Roumier (2831€ pour le millésime 2010) ; au domaine de Vogüé, ce sont les vieux millésimes qui enflamment les enchères (944€ pour le 1966) ; autre valeur à suivre dans l’appellation, le musigny du domaine Jacques Prieur, ses prix progressent régulièrement. Parmi les blanc, prime aux valeurs sûres : les chablis signés Raveneau (177€ pour un grand cru les Clos 2001), les pulignys d’Anne-Claude Leflaive ou encore les meursaults du domaine Coche-Dury se vendent bien, mais sans mouvement spéculatif marqué.

Les vins de Château Rayas demeurent les stars de la vallée du Rhône, surtout quand ils sont proposés dans des années d’anthologie telles que 1990. Ce grand millésime frôle désormais les 600€ (593€). On note aussi la bonne tenue de son « second vin », Pignan de Château Rayas (71€ pour le millésime 2001). A châteauneuf, la cuvée prestige « Da Capo » du domaine de Pegaü est elle aussi toujours prisée des amateurs (271€ pour le millésime 2007). Dans le nord de la vallée du Rhône, les vins du domaine Jamet tiennent la dragée haute aux grandes cuvées de la maison Guigal : la « Côte Brune » de Jamet, notamment, s’envole aux enchères : son 2001 a atteint 224€.

En Champagne, le succès des vieux millésimes de Dom Pérignon ne se dément pas : un flacon de 1973 a dépassé lors de cette vente le seuil des 300€, tandis qu’un 1978 atteignait 248€. La cuvée « S » de Salon, tellement rare, est elle aussi âprement disputée dans les ventes (236€ pour le 1997). On note aussi la belle performance d’un magnum de Bollinger Grande Année 1996, qui a atteint 283€.

Parmi les vins étrangers mis aux enchères lors de la vente on-line, honneur aux grands formats ! Un magnum de la fameuse cuvée Masseto 1992 d’Ornellaia a atteint 510€, tandis qu’un double-magnum de Solaia 2003 (Antinori) était adjugé 416€.

Enchères à suivre !

Consultez les ventes de vin sur iDealwine

Soyez alerté(e) de la prochaine ouverture d’une vente on-line « Collections particulières », le 20 juin 2013.

Recherchez le prix d’un vin

Tags:

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Les indices WineDex® iDealwine en hausse de 7% depuis début 2015

Les indices WineDex®iDealwine se sont appréciés de 0,81% en mai, portant à plus de 7% la progression depuis le début de l’année 2015.

chateau academy

Château Academy : gérez vous-même une exploitation viticole de A à Z !

La filière vin est aujourd’hui confrontée à un problème de génération et de transmission. Afin d’attirer les jeunes vers les métiers liés à sa production et leur faire découvrir le ...

Save the date : Grand Tasting les 30 novembre – 1er décembre

Dans exactement un mois se tiendra le salon du Grand Tasting. Un immanquable pour les amateurs de vins. Voici tout ce qu'il faut savoir sur cette édition.