Auction report : les belles enchères de la vente on-line du 19 mars

VOL-20140304La vente on-line qui s’est déroulée sur iDealwine jusqu’au 19 mars dernier a fédéré plus de 500 acheteurs, issus de 18 pays, et bien plus d’enchérisseurs malheureux. Si de beaux résultats ont été obtenus sur les caisses panachées de grands crus bordelais et les grands noms de Bourgogne, les surprises sont venues de la vallée du Rhône, de la Loire et d’Alsace. Revue de détail.

A Bordeaux, plusieurs lots panachés de grands crus occupaient le devant de la scène. Deux caisses « Carré d’As » 2000, composées des grands vins vins des châteaux Margaux, Haut Brion, Petrus et Latour, l’une en magnums (1 de chaque vin), l’autre en bouteilles (2 de chaque vin), ont été respectivement acquises au prix de 23588€ et 18045€ par des collectionneurs de Monaco et de Hong Kong. Une caisse comportant neuf des plus grands crus de 2005 (Château La Mission Haut-Brion, Château Margaux, Château Latour, Petrus, Château Mouton Rothschild, Château d’Yquem, Château Cheval Blanc, Château Haut Brion, Château Lafite Rothschild) était aussi proposée à la vente. C’est un amateur français qui l’a remportée aux enchères pour la somme de 6605€. Quelques belles caisses bois complètes ont également fait frémir le marché : 12 bouteilles de Château Cheval Blanc 1990 sont parties pour 8963€, soit 747€ la bouteille (+23%) et une autre, de 6 bouteilles de Château Mouton Rothschild 1986, atteignait 3892€, soit 649€ la bouteille (+20%). Cette vente comportait d’ailleurs nombre de caisses complètes de grands crus, proposés dans les beaux millésimes à maturité. Ces lots ne sont pas passés inaperçus, récoltant de belles enchères et, au final, des prix pour la plupart en hausse par rapport à la cote iDealwine (Pichon Lalande 1989, Pavie 1990, Haut Brion 1996, Figeac 2009). Les secondes étiquettes des grands domaines sont toujours recherchées, à l’instar des Forts de Latour, par exemple, un vin très prisé de la clientèle anglo-saxonne et asiatique.

En Bourgogne, sans surprise, les grands noms de la côte de Nuits ont  tenu le haut du pavé : les vins de la Romanée Conti, bien sûr, mais dont on constate que les prix se stabilisent. Ceux du domaine Armand Rousseau, avec de très belles enchères à noter sur les grands crus issus du millésime 1990 : le chambertin et le chambertin Clos de Bèze ont tous deux atteint 1180€ la bouteille. Toujours à Chambertin, signalons celui du domaine Dugat-Py qui, dans le millésime 1999, dépasse lui aussi les 1000€ (1050€, +14%). Le prix du Chambertin Cuvée Héritiers Louis Latour 1990, vendu 118€, semble en comparaison plus que sage, et sûrement promis à un bel avenir… Toujours en côte de Nuits, de très belles enchères ont été obtenues sur deux vins d’une extrême rareté : un bonnes-mares 1996 du domaine Roumier s’est vendu 684€ (+19%). Quant au Musigny 1999 du domaine J-F. Mugnier, il s’est envolé à 719€, en hausse de 58% sur la cote iDealwine ! La côte de Beaune n’était pas en reste, avec la percée des volnays du domaine d’Angerville, le Clos des Ducs 1990 atteignant 199€ (+11%). En blanc, les vins produits par la maison Drouhin enregistrent de beaux succès aux enchères : une bouteille de Montrachet Marquis de Laguiche 2004 s’est vendue 330€ (+13%). Les Chablis de chez Raveneau se stabilisent à des niveaux de prix élevés.

Prime à la grande rareté dans le Rhône, la Loire et l’Alsace

La vallée du Rhône, depuis plusieurs mois, enchaîne les belles surprises. Non seulement le prix des vins repart à la hausse, mais c’est dans cette région que l’on trouve régulièrement des flacons insolites qui déchainent les passions. Dans cette vente, un flacon de Côte-Rôtie 1989 du domaine Gentaz-Dervieux (domaine aujourd’hui disparu) s’est ainsi envolé à 826€. Très prisée également, toujours en Côte-Rôtie, la cuvée Côte Brune 1988 du domaine Jamet atteignait quant à elle 254€. Les autres résultats consacrent plus classiquement les domaines du Clos des Papes et Château Rayas à Châteauneuf ainsi que les vins de  Jean-Louis Chave en Hermitage. Dans les autres régions, un domaine se distingue, une fois de plus, dans la vallée de la Loire : le saumur-champigny Le Rougeard du domaine du Clos Rougeard, proposé dans le millésime 1971 (donc à peu près introuvable aujourd’hui), a en effet été acquis 289€ par un amateur britannique ! A noter également, en Alsace, le très beau résultat atteint pour le riesling Clos Sainte-Hune vendanges tardives « cuvée Hors choix » 1989 du domaine Trimbach : un amateur brésilien l’a emporté pour la somme de 513€.

Accédez au rapport complet sur la vente aux enchères on-line du 19 mars 2014.

A lire également dans le Blog iDealwine :

Palmarès : les bourgognes les plus vendus aux enchères on-line sur iDealwine en 2013

Les indicesindices iDealwine iDealwine progressent de 3,92% en février 2014

Les prix du Château Cheval Blanc vont ils s’envoler pendant l’année du Cheval ?

La belle enchère : un Saint-Joseph “Vieilles Vignes” 1992 du domaine Raymond Trollat adjugé 333 € !

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Revue d’enchères | Bordeaux reste la région la plus représentée aux enchères en 2018

En 2018, les régions traditionnelles restent des valeurs. Bordeaux, la Bourgogne et la vallée du Rhône rassemblent toujours à elles seules 80% des volumes échangés.

Recette de la semaine : Poulet Kung Pao

Le poulet Kung Pao est une recette bien épicée aux saveurs asiatiques, parfaite pour accompagner des vins avec beaucoup de ...

L’ESC Dijon ouvre un nouveau master Vin, gastronomie et culture

Située à quelques kilomètres à peine des premières vignes de la Côte de Nuits, l’Ecole Supérieure de Commerce (ESC) de Dijon possède aujourd’hui une véritable expertise des formations pour les ...