Alsace et Jura : l’avis de notre comité de dégustation

Comite degustation iDealwine vin Alsace Jura

Découvrir et déguster. Voilà ce que l’équipe iDealwine, toujours alerte, effectue régulièrement pour vous proposer les plus beaux vins. La semaine dernière, donc, iDealwine réunissait son comité de dégustation pour se forger une idée de quelques flacons jurassiens et alsaciens actuellement ou prochainement en vente sur votre site préféré. Compte-rendu.

Jura, nouvel El Dorado

Très recherché par les amateurs en quête de nouveautés, de vins sains et expressifs, le Jura offre une belle variété oscillant entre le crémant, les blancs tranquilles, les rouges gourmands, les vins jaunes et les vins de paille. Taillés pour la garde ou pour un plaisir immédiat, ils ont su charmer l’équipe iDealwine toujours à l’affût de nouvelles saveurs.

Côtes-du-Jura Vieilles Vignes 2016 de Guillaume Overnoy (blanc)

Signé par le petit-neveu du célèbre Pierre Overnoy, légende de Pupillin, ce côtes-du-jura surprend par son profil typé vin jaune comme le suggère son nez oxydatif marqué par des notes de noix fraîches, de fruits secs et d’épices comme le curcuma et le curry. La bouche, elle, témoigne d’un bel équilibre apporté par une fraîcheur qui contrecarre l’onctuosité et la suavité du vin.

Ce vin d’amateur averti est vraisemblablement taillé pour accompagner des mets gastronomiques. Viandes blanches rôties, volaille en sauce ou comté affiné lui feront honneur.

Arbois Pupillin 2018 du domaine de La Loue (blanc)

La Loue ? Un domaine visité par Jean-Baptiste (Chef de Projet Domaines) et Elsa (Responsable Marketing) qui a su les séduire par la pluralité de sa gamme et par son travail respectueux de la nature. Ce vin a conquis l’ensemble du comité pour son nez dévoilant des notes de compote de pomme, de fruits blancs et de touches vanillées. En bouche, ce vin joue clairement dans la cour des grands grâce à ses notes généreusement fruitées équilibrées par une acidité naturelle, une finale saline et des amers nobles. Sa persistance laisse songeur et invite l’amateur à le marier avec des mets fins comme un poisson d’eau douce.

Côtes-du-Jura Savagnier 2015 de Berthet-Bondet (blanc)

Réalisé par un domaine créé au milieu des années 1980, ce pur savagnin en a étonné plus d’un. Il faut dire que, là encore, l’oxydation a joué un rôle non négligeable. Le nez dévoile assez subtilement des notes de fruits secs comme l’amande et la noix fraîche. La bouche reste élégante et persiste longuement. Amusez-vous un peu en servant ce vin à des amateurs avertis avec des mets au curry jaune ou des pâtes aux noix fraîches.

A noter : cette cuvée reste une belle introduction à l’initiation du monde complexe- mais merveilleux- des vins jaunes.

Arbois Ingénu Pinot Noir 2018 de Ratapoil (rouge)

Domaine confidentiel de cinq hectares seulement et cultivés selon des principes biodynamiques, Ratapoil propose ici un pinot noir qui joue la carte du fruit. Au nez ? Du fruit, rouge et bien mûr. En bouche ? Un léger perlant, une élégance et… du fruit. Idéal à savourer entre amis autour d’une belle planche de charcuterie et d’un pâté en croûte.

Côtes-du-Jura Les Vignasses Poulsard 2018 de François Rousset-Martin (rouge)

Considéré comme maître en matière de vinification naturelle, François Rousset-Martin nous emmène à la découverte d’un autre cépage identitaire de la région : le poulsard, aussi baptisé ploussard. Fidèle à sa réputation, celui-ci s’exprime dans un registre à la fois fruité et joliment floral au nez quand en bouche se décèle un équilibre mesuré entre suavité, gourmandise et structure tannique. Petit gibier et rôti de porc aux pruneaux pourraient inspirer les cuisiniers.

Retrouvez les vins du Jura en vente sur iDealwine

Comite degustation iDealwine vin Alsace Jura

L’Alsace, or liquide

Ah ! L’Alsace ! Forte d’un savoir-faire séculaire, cette région au climat continental attise les convoitises grâce à la multiplicité de terroirs existants, ses quatre cépages nobles (riesling, gewurztraminer, muscat et pinot gris) et ses grands vins de garde issus de vendanges tardives ou de sélections de grains nobles. Nous avons donc voyagé un peu- depuis nos locaux- le temps de cette dégustation.

Edelzwicker Réserve 2018 d’Albert Boxler (blanc)

Albert Boxler est l’une des figures indiscutables de ce vignoble septentrional. Si certaines cuvées peuvent sembler élitistes, nous avons trouvé LE flacon qui permet de s’initier à son savoir-faire. Un flacon d’un litre qui, comme le suggère le mot « edelzwicker » est un assemblage de variétés nobles régionales. On l’apprécie pour son nez puissant, floral et légèrement fruité. On le goûte et le re-goûte pour sa bouche suave, sa matière aérienne et son côté « gourmand-facile ». On le réserve pour un apéritif dinatoire qui favorisera des mets fins : bouchées au saumon, fromages crémeux et petits fours ne sont que des suggestions.

Riesling Cuvée Albert 2014 d’Albert Mann (blanc)

Encore une grande figure alsacienne qui, cette fois-ci, nous offre un riesling dans toute sa splendeur. Vous vouliez percevoir son profil à la fois fruité et discrètement pétrolé ? Vous voilà comblé. Minéral, sapide, salin et s’achevant sur des amers nobles, il nous confirme toute sa beauté qui l’a conduit au rang des plus grands cépages du monde. Verrines de crème d’avocat et d’écrevisse ou risotto aux citrons confits s’aligneront merveilleusement.

Riesling Clos Saint Landelain 2014 de Véronique et Thomas Muré

Issu d’un clos détenu en monopole par cette exploitation familiale, le riesling se livre ici à l’amateur dans un registre typique. Minéralité, agrume, finale saline et pointe légèrement végétale ont fusé. A savourer avec des mets fins, toujours aux accents maritimes, ou des légumes printaniers.

Riesling Clos Mathis 2018 d’Ostertag

On ne vous présente plus le domaine Ostertag qui obtient notre faveur pour ses vins vibrants et vivants obtenus grâce à une culture biodynamique. Celui-ci a retenu toute notre attention pour son aspect plus « austère », droit et sérieux que ses confrères. Matière cristalline, élégance minérale, salinité et sapidité définissent ce grand vin aux allures aristocratiques qui force le respect et invite à un silence recueilli.

Pinot gris Grand Cru Sonnenglanz 2012 du domaine Trapet (blanc)

Le domaine Trapet ne vous est peut-être pas inconnu. Situé à Gevrey-Chambertin, celui de Jean-Louis Trapet excelle dans l’art de vinifier le pinot noir. Celui-ci appartient à sa femme, alsacienne d’origine, qui magnifie le pinot gris. Ce dernier provient d’un grand cru recherché pour la puissance et l’élégance des vins qu’il engendre. Au nez, minéralité et délicatesse florale. En bouche, suavité, onctuosité et persistance. On aurait aimé une petite acidité énergique supplémentaire. Mais la perfection n’est pas (encore) de ce monde 😉 Pour l’heure, on savoure volontiers ce joli cru avec une terrine de saumon ou un ceviche au citron vert.

Riesling Grand Cru Zinnkoepflé Vendanges Tardives 2017 d’Agathe Bursin (blanc moelleux)

Issu d’un grand cru qui signifie littéralement « Mont du Soleil », ce riesling a pu être récolté tardivement et donc mûrir à loisir sur son pied, concentrant ainsi ses notes aromatiques et gustatives. Une véritable richesse qui se dévoile ici dans un registre puissant, légèrement sucré et, surtout, équilibré par une grande fraîcheur, preuve d’une culture sur sol calcaire. Un joli vin qui se savoure volontiers au dessert ou, pour lui-même, en guise de nectar de méditation.

Retrouvez les vins d’Alsace en vente sur iDealwine

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

Palmarès Jura-Savoie| Retour sur les enchères du 1er semestre 2020

Retour sur les enchères de vins du Jura au premier semestre, un univers de rareté qui continue à faire rêver les amateurs.

Vallée de la Loire | Entre dynamisme et tradition

Partons à la découverte des facettes du si beau vignoble de Loire, fruit d'une passionnante alchimie entre domaines historiques et vignerons d'avant-garde.

François Rousset-Martin | Le virtuose du savagnin

Une passion née dans la magie des Hospices de Beaune, qui se réalise le jour où François Rousset-Martin décide de reprendre en 2007 le domaine familial dans le Jura.

Partage(s)