Alcool et cancer : le rapport qui dérange

« Cancer : halte au verre de vin quotidien ! ». Tel est le nouveau message qui figure dans une brochure pour prévenir le cancer, destinée aux médecins généralistes, et que promeut l’Institut National du Cancer (INCa). Ses recommandations radicales interviennent – pur hasard du calendrier
? – alors que se déroule en ce moment même à l’Assemblée le débat
autour du projet de loi « Hôpital, Patients, Santé, Territoires »*. Le
rapport ignore délibérément l’effet protecteur du vin sur les maladies
cardio-vasculaires et oublie aussi que la consommation de vin a diminué
de moitié en 50 ans, tandis que, sur la même période le nombre de
cancers a plus que doublé. Un rapport qui suscite bien des remous.

Jeûne et abstinence

L’INCa vient de jeter un pavé dans la mare. Ses recommandations en
matière de nutrition ont fait bondir tous les amateurs de vins,
consommateurs comme professionnels. Si l’on en croit ses analyses
(tirées d’une étude européenne datant de 18 mois, ignorée par tous les
autres pays, mais opportunément publiée à quelques jours du vote à
l’Assemblée de la loi HSPT…), il faudrait purement et simplement
proscrire toute consommation d’alcool, quelle qu’elle soit, au risque
de s’exposer de façon accrue à différents types de cancers. Principe de
précaution. La conclusion des deux directeurs de l’Institut est claire
: « un seul verre de vin aggraverait les risques de développer un
cancer ».

Info ou intox ?

Les conclusions du rapport évitent soigneusement de distinguer les
différents types d’alcool ; on sait pourtant que le risque de cancer
des voies aérodigestives supérieures est plus élevé avec des boissons
de fort degré alcoolique qu’avec la consommation de vin, et se trouve
renforcé par la consommation de tabac. Autre fait indiscutable écarté
d’un revers de main par les auteurs du rapport : la consommation
d’alcool est en nette diminution et pourtant la mortalité par cancer
due à l’alcool stagne. Enfin le rapport n’aborde pas le fait qu’une
consommation modérée d’alcool, et en particulier de vin, réduit le
risque de mortalité cardiovasculaire. Les études démontrant les effets
tangibles du « french paradox » sont nombreuses. Il est prouvé que les
consommateurs modérés d’alcool ont une espérance de vie supérieure à
celle des abstinents. C’est ce qui a conduit l’OMS, dans le cadre d’un
politique de santé publique globale et non focalisée sur le seul
cancer, à recommander la modération, à savoir pas plus de trois verres
d’alcool par jour, et pas l’abstinence.

Révolté, le Professeur Bernard Debré, chef du service d’urologie de
l’Hôpital Cochin, a fait part de son inquiétude : « Hier encore, les
études mettaient en exergue le bénéfice d’une consommation modérée de
vin pour lutter contre les maladies-cardio vasculaires. Le revirement
auquel on assiste traduit une volonté hygiéniste bien pensante. Ce
n’est pas anodin. Si ça continue, on va assister à la suppression des
foires aux vins. »

A noter : le rapport de l’INCA adopte une position sur l’abstinence qui
va à l’encontre de toutes les autres recommandations nationales (PNNS)
ou internationales.
Personne ne remet en cause le lien entre alcool et cancer, il est
scientifiquement prouvé, à plus ou moins haute dose. Mais cette seule
considération ne doit pas guider des recommandations de consommation.
Le professeur Debré ajoute : « C’est scandaleux de publier des choses
pareilles. Tout cela inquiète l’opinion publique et me choque
profondément. On incite les gens à ne pas boire, à se méfier de la
viande rouge et de la charcuterie, mais où va-t-on, dans quel pays
vit-on ? Bientôt, il faudra mettre un scaphandre. »

Un tollé sur la Toile

La publication de l’étude de l’INCa a suscité des réactions
immédiates autant que virulentes, émises par des membres éminents du
corps médical, mais aussi, plus largement, par le grand public. Sans
oublier la presse étrangère qui, une fois de plus, se gausse de cette
spécificité bien française qui consiste à se tirer une balle dans le
pied. Petit florilège des messages recueillis sur la Toile : « Nous
alertera-t-on désormais sur le fait que de respirer produit du C02 et
qu’il n’y a plus assez de forêt pour régénérer de l’oxygène? Ces
alertes m’indifféraient mais à présent, elles me gênent. J’en suis de
plus en plus conscient : vivre tue ! Laissez-moi mourir en souriant à
la vie et ses plaisirs. » (dehem, 20/02/09, Libération) ; « Toutes les
études montrent une augmentation de l’incidence des cancers depuis le
début des années 80. Parallèlement la consommation de vin tend à
diminuer. Tout indique que l’alcool et le tabac sont des boucs
émissaires faciles pour masquer les véritables causes de l’augmentation
des cas de cancer. Bizarrement dans les années 30, malgré une
consommation massive de rouge qui tache et de cigarettes dont la teneur
en nicotine devait égaler celle de 2 paquets de blondes d’aujourd’hui
on mourait moins du cancer. » (hdo, 19/02/09, Libération) ; « Aller dans
le métro, faire son plein de gazole, manger des bonbons frelatés pleins
de colorants, manipuler des matériaux ou des produits de synthèse,
consommer des aliments d’été en hiver, faire le grand huit à la foire,
traiter son gazon, se baigner dans sa piscine chlorée, se stresser avec
l’horaire … Que de choses à risques potentiels, n’est ce pas ? Mais
le bon vin, pris avec mesure, n’aura jamais aucun point de comparaison
avec les quelques risques énoncés ci-dessus, il faut cesser ce genre de
délire ! » (Esteban2, 20/02/09, Le Figaro), « Buvez, citoyens, buvez du
vin car il est bon ! Ce n’est pas le vin et son alcool qui sont
dangereux pour notre santé, c’est la multitude d’imbéciles qui font des
études sur les pesticides contenus dans le vin qui nuisent à notre
santé, autant intellectuelle que physique… Buvez du vin…. mais
buvez du bon ! » (jack bordeaux, 19/02/09, Le Figaro)

* Lire notre article sur le sujet, publié le 17/02/09.

Lisez également l’article sur la la modernisation de la Loi Evin (novembre 2008)

et Le vin rouge, antidote au cancer du poumon ? (20/10/2008)

Sur les chiffres de la consommation d’alcool en France, lire les deux
très bons articles de Bernard Burtschy et de Jérôme Baudouin, sur le
site de l’Association de la Presse du Vin (APV) : www.presse-vin.com

  • Voir les commentaires (2)

  • versmée

    Le jour où on découvrira enfin que que le terrorisme des ayatollahs de tout poil est plus dangereux pour la santé que l ‘ objet qui sert d ‘ alibi à leur haine du prochain , on sera enfin tranquilles !!! Et ça arrivera ….

  • Claude C

    La tête de beaucoup de prohibitionnistes de tous poils me donne le cafard.
    Pas étonnant que la France soit championne des anti-dépresseurs !!!!

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

ladybird and grapes

En quatre ans, la surface du vignoble bio a triplé en France

En 2014, les vignobles cultivés en bio devraient représenter plus de 8% du total du vignoble français, quatre fois plus qu’en 2010. Un peu plus coûteuse, mais avec un véritable ...

La dégustation pas à pas : « Si vous avez aimé… Alors vous aimerez …»

Ce guide est un must. Attention, il ne s’agit pas d’un répertoire des meilleurs domaines. L’approche de son auteur, le Maître Sommelier Georges Lepré, consiste à vous aider à trouver ...

Les plus grosses fortunes du vin

S’il est un pays au monde où il fait bon produire du vin, c’est naturellement la France ! Des hommes d’affaires les plus célèbres aux familles qui ont prêté leurs ...