Primeurs 2013 : le verdict des grands dégustateurs

IMG_5592

En dépit de conditions climatiques difficules, les grands dégustateurs se sont prononcés sur le millésime 2013 à Bordeaux. Une tendance se dégage : 2013 est une grande année pour les vins liquoreux.  Petit tour d’horizon des meilleures notes attribuées par la critique.

Dans le bordelais, ce n’est plus un secret pour personne, l’année 2013 a été marquée par des conditions climatiques difficiles. A des pluies torrentielles ont succédé des températures élevées, ce qui a favorisé le développement du botrytis, un champignon redoutable s’attaquant à la vigne et à ses raisins. Afin de lutter contre ce fléau la plupart des vignerons de la région a décidé de vendanger plus tôt qu’à l’ordinaire. Dans bien des cas les raisins récoltés n’étant pas encore arrivés à maturité, leur niveau d’acidité était élevé. En conséquence peu de vins du millésime 2013 dépassent les 13 degrés d’alcool. La qualité du vin mise à part, l’autre corolaire majeur est la baisse significative des rendements, lesquels ont chuté de plus de 20% par rapport à l’année dernière.

Les sauternes plébiscités

Pour autant certains dégustateurs ont identifié, au sein de ce millésime difficile, des vins de grande qualité. Certes, aucun vin n’atteint la note maximale (20/20 ou 100/100) mais on trouve, ici et là, quelques 18, voire 19/20… La majorité de ces professionnels n’a pas manqué de souligner le haut niveau des vins blancs, et en particulier celui des liquoreux. Parmi ces derniers le Château d’Yquem, qui a d’ailleurs annoncé qu’il ne vendrait pas son millésime 2013 en primeur, a été plébiscité par l’ensemble de la critique. Le seigneur de Sauternes s’est vu accorder la note la plus élevée de plusieurs spécialistes et magazines renommés (Jancis Robinson : 19+/20, La Revue du vin de France : 19/20, Decanter : 18.5/20, Le Point 18/20). Le fameux sauternes a également reçu d’excellentes notes de la part de Neal Martin (95-97), du Wine Spectator (95-98) ainsi que de Bettane et Desseauve (18.5). Un autre vin de la région du sauternais brille particulièrement, il s’agit de l’Extravagant du Château Doisy Daëne, noté 18+/20 par Decanter, 17.5 par La Revue du vin de France et 96-98 par Neal Martin, ce qui constitue la meilleure note accordée par le dégustateur pour cette saison des primeurs. Sans surprise le Château Climens 2013 a également été salué par la critique : il a été reçu un 18+/20 de Decanter et 94-96 de Neal Martin. Jacques Dupont lui a aussi attribué sa meilleure note, 18/20. Quant à La RVF, elle l’a noté 18/20, le faisant ainsi monter sur la deuxième place de son classement, ex-aequo avec les châteaux de Fargues, Coutet, Raymond Lafon et Sigalas-Rabaud. Autant de vins figurant en bonne place dans les classements établis par les  autres critiques. Cette performance spectaculaire des vins liquoreux n’est certainement pas étrangère aux conditions climatiques favorisant le développement du botrytis dans les vignobles de Sauternes, rendant possible l’apparition de la pourriture noble.

Si nous ne devions retenir qu’un seul vin de la rive gauche, il pourrait s’agir du Château Léoville Las Cases, lequel a pratiquement fait l’unanimité parmi les évaluateurs. La Revue du vin de France le place 1er au classement de l’appellation Saint-Julien (17-18). Michel Bettane et Thierry Desseauve tout comme Neal Martin (pour le Wine Advocate) lui ont accordé leur meilleure note pour les vins de la Rive gauche, respectivement 18.5/20 et 92-94. C’est sans surprise que d’autres Grands Crus Classés prestigieux tels que Châteaux Mouton Rothschild, Château Latour et Château Haut-Brion se retrouvent au top des classements des dégustateurs célèbres… On note le rang attribué au Château Pontet Canet, noté 17,5-18/20 par la RVF, meilleure note de Pauillac ! Le magazine Decanter a par exemple a attribué des note égales ou supérieures à 18,25 – les plus hautes pour les vins de cette région – à cinq grands crus classés : Château Léoville Las Cases, Château Margaux, Château Mouton Rothschild, Château Lafite Rothschild et Château Haut-Brion. A souligner parmi les saint-estèphes, les très bonnes notes attribuées Calon Ségur (18 B&D, 17.5/20 Le Point, 17,5 Jancis Robinson), et Cos d’Estournel. A Saint-Julien, Léoville Las Cases est talonné par Léoville Poyferré et Léoville Barton, et Ducru Beaucaillou (18 Decanter, 17-18 RVF, 17 Le Point) se distingue. A Pauillac la critique salue Grand Puy Lacoste, Pichon Baron et (mais de façon légèrement moins consensuelle), Lynch Bages. A Margaux, Rauzan Segla et Palmer obtiennent de bonnes notes, et on remarque Jancis Robinson a préféré d’un poil le Pavillon Rouge au grand vin de Château Margaux : 16,5 pour l’un, 16 pour l’autre…

Honneur aux 2013 blancs

Château Haut-Brion s’est distingué par son fameux vin blanc, qui a visiblement séduit le Decanter, puisque le magazine anglais l’a hissé au sommet des vins blancs secs bordelais en lui décernant un 18,5/20. Même traitement du Wine Spectator qui lui a décerné aussi sa meilleure note (95-98) tandis que Bettane et Desseauve lui attribuaient un 18/20.  Le Château Haut-Brion blanc a été par ailleurs noté 16-17/20 par la Revue du vin de France,  1er  ex-aequo avec le Château Haut-Smith Lafitte au tableau des Pessac-Léognan blancs secs. On note d’ailleurs que Smith a obtenu 18/20 chez Bettane & Desseauve. Le blanc de La Mission Haut Brion brille également : 18,5 chez B&D (leur meilleure note pour les blancs) et 93-96 au Wine Spectator.On note, d’ailleurs que, toutes appellations confondues mais principalement à Pessac, les blancs ont été salués par la critique. Jacques Dupont, au Point, a ainsi récompensé de l’un de ses rares 18/20 le domaine de Chevalier. Il a également salué le niveau élevé du Pavillon blanc de Château Margaux (17/20).

Une rive droite moins consensuelle

Sur la rive droite, le Château Lafleur, pépite de Pomerol, se détache du peloton, et vient se positionner quasi systématiquement parmi les trois meilleurs vins pour bon nombre de spécialistes tels que Bettane Thierry Desseauve, Jancis Robinson, Neal Martin et Decanter. Bien évidemment, les poids lourds des appellations Pomerol et Saint-Emilion n’ont pas manqué de se distinguer. Au tout premier plan, Petrus fait l’unanimité : le célèbre pomerol s’est vu décerner un 18/20 par Jancis Robinson, une note qui le propulse à la tête de son classement, tandis que Decanter (17,75-20) ainsi que Bettane et Desseauve (18/20) considèrent son 2013 comme l’un des cinq meilleurs vins de la rive droite. Le Point lui attribue l’une de ses meilleures notes : 17,5/20.

Les critiques sont plus partagés dans leur jugement des autres crus de la rive droite. Le Château Ausone et le Château Angélus sont les favoris de  Bettane  et Desseauve, qui les classent respectivement premier (avec 19/20) et deuxième (avec 18,75/20) de leur classement des primeurs 2013, toutes régions confondues. A Saint-Emilion, le château Cheval Blanc se place lui aussi en bonne position (18/20 B&D, 17,75 Decanter).  Le Château Figeac 2013 partage avec Clos Fourtet le privilège d’être le vin le mieux noté de cette appellation par la Revue du vin de France (16,5-17). Le Point lui attribue de son côté un 17/20. On remarque aussi le bel hommage rendu à Christine Valette, son Troplong Mondot figurant aussi parmi les toutes premières places (92-94/100 Neal Martin, 18/20 Bettane & Desseauve, 17/20 Le Point). Parmi les Pomerol, outre Petrus et Lafleur qui font l’unanimité, les critiques ont distingué cette année pour certains l’Evangile ou Vieux Château Certan. Neal Martin quant à lui a désigné le Château l’Eglise-Clinet comme le meilleur Pomerol du millésime 2013, lui attribuant la note de 94-96/100.

En savoir plus sur les primeurs 2013

Consultez les ventes de bordeaux sur iDealwine

Consultez les ventes de vin sur iDealwine

Recherchez le prix d’un vin

 

A lire également sur le Blog iDealwine :

Pas de primeur 2013 pour le Château d’Yquem

Une journée de dégustation des primeurs 2013 à Bordeaux

Primeurs 2013 : la baisse des prix consentie par certains châteaux est-elle suffisante ?

Le Château Pontet-Canet crée la surprise en révélant le prix de son 2013 avant les dégustations primeur

En prélude aux primeurs 2013 Angélus inaugure ses nouveaux chais

 

Tags:

  • Voir les commentaires (1)

  • Claude C

    Rien ne change ou presque. Les meilleurs seconds tutoies les premiers, mais le conservatisme ne fera pas changer le classement datant du 19èm » siècle et inscrit dans la pierre.
    Les années pourries facilite bien souvent le botrytis, donc aucune surprise aux excellentes appréciations des liquoreux. L’intérêt des primeurs en Barsac-Sauternes est relativement limité; les achats de ceux-ci n’étant pas jusqu’à présent spéculatifs. Hormis le concours des critiques à donner chacun leur classement dans la course au yoyo, il n’y a aucun intérêt à parier sur les primeurs 2013.
    On peut trouver d’excellents millésimes à maturité à des prix moins élevés que les prix Primeurs 2011,2012,2013.

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Bordeaux primeurs 2016 (partie 3) : nos coups de cœur sur la rive droite

Suite du feuilleton primeurs, avec cette fois-ci, nos coups de cœur sur la rive droite, à Saint-Emilion, Pomerol et dans les appellations périphériques. Le niveau s'avère encore très élevé dans ...

Chateau L Arrosee

Le propriétaire de Haut-Brion rachète le Château L’Arrosée à Saint-Emilion

Le prince Robert de Luxembourg, président du Domaine Clarence Dillon, est déjà propriétaire de plusieurs très belles propriétés bordelaises : Château Haut-Brion, Château La Mission Haut-Brion, Château Quintus (anciennement Tertre-Daugay). ...

Capture

iDealwine vous attend ce week-end au Salon de la RVF de Bruxelles

Ahhh Bruxelles ! Les frites, la bière, le chocolat… et le vin ! Et oui, la Belgique n’est pas seulement le pays de la bière mais également du vin ! ...