Vins et spiritueux français à l’export : une forte croissance en valeur mais pas en volume

French Wine2012 serait une année record pour les exportations de vin, en valeur, notamment grâce aux performances historiques du cognac, du champagne et des vins de Bordeaux. En volume, par contre, les chiffres sont moins réjouissants.

D’après la Fédération des exportateurs de vins et spiritueux (FEVS), la France aurait dépassé cette année la barre des 11 milliards d’euros d’exportations. Alors que la consommation de vins et spiritueux français dans le monde n’a augmenté en volume que de 1,6%, la valeur des exportations s’est accrue d’un milliard d’euros, soit 10%. Le principal moteur de cette croissance est indéniablement le cognac, dont les ventes ont augmenté de 34% en valeur, suivi par les vins de Bordeaux avec une augmentation de 30%.

Pour Louis-Fabrice Latour, président de la FEVS et directeur de la célèbre maison bourguignonne Louis Latour, cela représente une performance historique, d’autant plus qu’elle a été réalisée dans un environnement économique défavorable. La seule déception vient des chiffres en volume, ont stagné en 2012.

De fait, les vignerons et négociants français essayent désespérément d’augmenter le volume de leurs ventes. En dix ans, les exportations de vin ont baissé de 10% en volume. Dans le même temps, elles augmentaient de 30% en valeur. C’est notamment grâce à la forte demande de champagnes et de bordeaux que la valeur des exportations a réussi à compenser la baisse des volumes. Pour Louis-Fabrice Latour, la France a encore beaucoup à faire pour lutter contre la concurrence internationale, notamment australienne et espagnole.

Selon lui, le gouvernement devrait davantage aider le secteur des vins et spiritueux. L’aide du gouvernement serait nécessaire au renforcement des exportations, via notamment la levée de barrières douanières qui empêchent le secteur de pénétrer de nombreux pays.

L’année 2012, qui est de plus en plus considérée comme un millésime délicat, soulève une inquiétude supplémentaire chez les vignerons. A cause de la mauvaise réputation du millésime, la demande pourrait bien s’amenuiser, ou du moins refuser une augmentation des prix, ce qui poserait un réel problème. Comme le dit Louis-Fabrice Latour : « Le marché va-t-il pouvoir avaler l’augmentation des prix ? » Pas sûr…

A lire également dans le Blog iDealwine :

2012 : un bilan mitigé pour les expéditions de Champagne…

Explosion des ventes de Cognac en 2012 : merci la Chine !

LVMH : les ventes de vins et spiritueux en hausse de 11% en 2012

 

Consultez les ventes de Champagne

Consultez les ventes de spiritueux

Consultez les ventes de vin sur iDealwine

Recherchez le prix d’un vin

 

Tags:

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

Madame Bollinger sillonnant les vignes d’Aÿ

Un trésor de 1830 retrouvé dans les caves de Bollinger !

Vous n’êtes pas les seuls pour qui été rime avec rangement. Qui sait, vous trouverez peut-être un aussi beau trésor que celui que Bollinger a découvert dans ses caves, en ...

Soirée parisienne : le lancement du guide Bettane&Desseauve 2011

L’événement est désormais incontournable : le premier jeudi de septembre, les Caves Legrand bruissent des conversations du gotha du vin, venu célébrer la sortie du Grand Guide des Vins de ...

Le saviez-vous ? Saumur-Champigny, un peu d’histoire et d’étymologie

Le nom Champigny provient du latin Campus Ignis qui signifie “champs de feu”. Ce sont les moines de l’Abbaye de ...

Partage(s)