Ventes de Champagne : un bilan 2016 en demi-teinte

Coupes de champagneUn contexte économique incertain, la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne et la baisse de consommation en France ont pesé sur les ventes de champagne en 2016 : celles-ci se sont contractées de 0,6% en valeur et de 2,1% en volume. Toutefois d’autres pays exportateurs et de nouvelles habitudes de consommation émergent. Retour sur une année mouvementée.

Si la superficie de la Champagne paraît microscopique à l’échelle de la surface du globe (0.4% de la superficie du vignoble mondial avec 34 300 hectares), son rayonnement n’en demeure pas moins planétaire. En quelques chiffres, cette région réunit 15 000 vignerons autour d’une appellation unique qui couvre cinq départements, la Marne, l’Aube, l’Aisne, la Haute-Marne et la Seine-et-Marne.

Et pourtant, ses vins représentent 13% de la consommation mondiale des vins effervescents en volume, et 40% en valeur. Ce qui lui a permis de générer un chiffre d’affaire de 4.71 milliards d’euros en 2016, en légère baisse (-0,6%) après une année 2015 record.

2016 signe en effet une année mouvementée pour les vins de Champagne, marquée par des évolutions dans le mode de consommation qui augurent de vraies opportunités. L’an passé, 306,1 millions de bouteilles ont été expédiées de par le monde par, dans l’ordre d’importance, les maisons, les vignerons et les coopératives. Ce résultat marque un recul de 2,1% des volumes, enregistré principalement en France et au Royaume-Uni.

Sans surprise, les habitudes de consommation ne sont pas uniformes en fonction des pays. Elles évoluent même au fil des ans. Ainsi, si le Royaume-Uni et la Belgique portaient autrefois le marché vers le haut, celui-ci se développe maintenant grâce à des pays comme les Etats-Unis, l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne. Désormais, le Canada, le Mexique, l’Afrique du Sud, la Nouvelle Zélande et le monde chinois (Chine, Hong-Kong, Taiwan) se révèlent aussi être des pays importateurs à fort potentiel.

En 2016, la France était à nouveau le premier marché de la consommation malgré une baisse enregistrée due à un environnement économique compliqué, une baisse notoire de la fréquentation des CHR (Café-Hôtel-Restaurants) et des touristes, une concurrence ardue entre les distributeurs engagés dans une guerre des prix et des promotions.

Comme évoqué précédemment, le marché du Royaume-Uni annonce de mauvais jours en 2017, entre autre à cause du Brexit. La dépréciation de la livre sterling devrait peser lourdement sur le pouvoir d’achat des ménages, et les droits d’accises (taxes sur l’alcool) devraient également augmenter, avec l’impact que l’on imagine sur le prix payé par les consommateurs.

Toutefois, en dépit de la baisse, les britanniques entretiennent des liens forts avec ce breuvage qu’ils considèrent comme une boisson élitiste, véritable reflet du savoir-faire français : la consommation des vins effervescents y a plus que triplé en 20 ans ; 90% d’entre eux connaissent l’appellation Champagne et l’identifient à la France.

Le nouveau modèle économique de la Champagne, fondé sur la montée en gamme et la diversification de l’offre s’avère efficace, même au-delà des frontières.  Car, l’Allemagne, l’Espagne et l’Italie, respectivement grands producteurs de vins effervescents comme le sekt, le cava et le prosecco, augmentent leurs consommation de champagne. Même l’Asie commence à s’ouvrir à ce fleuron français. Les Japonais comptabilisent à eux seuls un quart des importations.

Aujourd’hui la force de la Champagne réside donc la diversification de son offre qu’elle adapte en fonction des différents profils demandeurs. Pourtant, on constate une tendance générale mondiale : celle d’un engouement croissant pour le champagne rosé, essentiellement au Royaume-Uni, en Allemagne et en Espagne. Si les cuvées de prestige ont connu de mauvais jours lors de la crise de 2008, les voici à nouveau plébiscitées, notamment en Asie. Les bruts non millésimés, quant à eux, restent encore et toujours le cœur de l’offre et le socle du marché champenois. Des changements de consommation se font nettement sentir pour les autres cuvées : les bruts millésimés, généralement réservés à un segment confidentiel, voient leurs ventes se contracter. Les demi-secs, eux, se consomment moins en Europe mais connaissent une renaissance dans les pays tiers comme le Japon. Le champagne d’entrée de gamme (moins de 12€) traverse une période difficile en France. En revanche, les bruts « nature » et les extra-bruts enthousiasment aussi bien les palais d’amateurs sans cesse plus nombreux, qu’un grand nombre de vignerons désireux de proposer des vins au plus proche de leur terroir.

Alors, si le marché économique mondial peut générer quelques inquiétudes, la Champagne semble poursuivre avec détermination sa stratégie de montée en gamme. Les chiffres de la consommation mondiale ont beau être en baisse, ils traduisent une volonté des amateurs de boire moins, mais mieux. Une ligne de conduite qu’iDealwine défend ardemment ;).

Infographie champagne 2016

 

Retrouver les champagnes en vente sur iDealwine

Tous les vins en vente sur iDealwine

Recherchez le prix d’un vin

Pas encore inscrit(e) pour participer aux ventes ? Complétez votre inscription, c’est gratuit !

A lire également dans le Blog iDealwine :

Comment choisir son champagne (1ère partie) ?

Comment choisir son champagne (2ème partie) ?

Champagne Larmandier-Bernier : voyage en terre de Vertus

Champagne Suenen, reflet d’un terroir et d’un savoir-faire ancestral

Quels accords à table avec du champagne ?

Champagne : millésimé ou pas, quelle différence ?

Décryptage : l’élaboration des champagnes rosés

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

Jancis Robinson

Ce que pense Jancis Robinson du millésime 2011 en Côte de Beaune et Côte de Nuits

Les rouges 2011 de la Côte de Nuits et de la Côte de Beaune vont bientôt commencer à faire leur apparition sur le marché mais après un millésime 2010 très ...

Les vins français fortement concurrencés au Royaume-Uni

Selon la dernière étude FranceAgriMer, la part de marché des vins français se maintient en Allemagne, aux Etats-Unis et en Chine, mais affiche un net recul en volume au Royaume-Uni. ...

Jeanne Moreau couronnée par Laurent-Perrier

Le 44e prix Grand Siècle de Laurent-Perrier sera décerné le 1er décembre prochain à Jeanne Moreau ; il récompensera son ...

Partage(s)