UN MAL, DES MOTS : l’art de parler du vin

verres de vins rougeIl suffit de nommer les choses pour qu’elles existent. Soyons précis et usons des bons termes.

La dégustation n’échappe pas à la règle : dans cet exercice délicat et totalement subjectif, on ne peut exprimer – et transmettre – avec justesse ce que l’on ressent  qu’à l’aide d’un vocabulaire approprié, varié, peu importe son degré de technicité.

Aujourd’hui, attardons-nous un instant sur une classification sémantique (une parmi d’autres), celle de quelques grandes familles d’expressions aromatiques. Précisons que ces arômes peuvent être ressentis au nez et en bouche.

Florale : préférez les roses aux chrysanthèmes, l’acacia au bouleau (aussi solide mais moins fatigant), la violette de la syrah au rassis des fins de bouquet, l’aubépine et le chèvrefeuille aux roses fanées, les fleurs fraîches aux vieux pots.

Fruitée : le raisin, c’est déjà pas mal. Mais les évocations fruitées sont légion dans les vins. Les fruits rouges (fraise, framboise, groseille) et noirs (mûre, cassis) sont les plus communs, les fruits jaunes (pêche, abricot) également. Les agrumes (citron, pamplemousse, écorce d’orange, zeste) sont décelables dans les vins blancs. Les fruits exotiques (mangue, ananas notamment) s’expriment le plus souvent dans les vins doux. De même pour les fruits secs, apanage également des vins doux (noix, raisin sec, amande, pruneau, figue).

Empyreumatique : le fumé, voire le brûlé sont des arômes dus au bois quand le vin a été élevé en fût. Le pneu, le goudron sont des tonalités un peu moins agréables… Sauf au grand prix de Monaco ! Le fumé des vins blancs est du à leur minéralité, une expression de « pierre à fusil », de silex (cf. la guerre du feu). Notez aussi les notes aromatiques de café, de cacao, de pain grillé qui peuvent émaner de certains vins rouges ou de vins doux.

Animale : viandé, faisandé, musc, parfois aussi on dit que ça sent l’écurie ou le poulailler : courage, fuyez. Cela dit, la fourrure, le cuir sont des arômes que l’on retrouve dans les rouges anciens.

Végétale : tilleul, verveine, menthe, citronnelle. Et vous, qu’est-ce que vous prendrez ? Pin, résine, truffe, fougère, mousse, feuille morte, sous-bois sont quelques-uns des arômes que l’on retrouve sous cette famille.

Épicée : muscade, clou de girofle, poivre, cannelle, curry, vanille, réglisse, laurier et thym pour les aromates composent les saveurs que l’on retrouve aussi bien dans les rouges que les blancs.

Ensuite, à vous de jouer (sur les mots) : il n’y a de limites aux termes employés que votre vocabulaire, vos sensations, vos souvenirs. Une matière, une musique, un paysage sont autant d’évocations qui peuvent tout à fait caractériser un vin. Le reste n’est que littérature…

En savoir plus sur l’art de la dégustation.
Consultez notre lexique des mots du vin.
Recherchez un vin en vente actuellement sur iDealwine.

Tags:

  • Voir les commentaires (1)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

Ces questions sur le vin que vous posez à Google

Que se passe-t-il lorsque l’on tape « le vin est », « comment le vin », « le vin » ou même juste « vin » sur Google? Et bien ...

Cicadelle

La polémique Giboulot : peut-on obliger un vigneron à traiter ses vignes ?

L’affaire fait grand bruit en ce moment dans le monde viticole. Emmanuel Giboulot, viticulteur à Combertault en Bourgogne, comparaissait lundi 24 février devant le tribunal de grande instance de Dijon. ...

Quand les vins gardent la mémoire des fûts

Des chercheurs français et allemands viennent de démontrer qu’on pouvait, à partir d’un vin, remonter à l’origine du chêne qui ...

Partage(s)