Réforme des appellations : mode d’emploi des futures étiquettes

Une nouvelle hiérarchisation des appellations est en cours en France et se met progressivement en place. L’ancienne, qui comprenait les noms d’AOC, de VDQS, de Vins de Pays puis enfin de Vin de Table va être remplacée par de nouvelles dénominations.

Voici les principaux points à retenir :

• Les Vins de Table deviennent des Vins de France

Dans la hiérarchie de la qualité, ils représentent toujours l’échelon de base, sans IG (Indication Géographique). La nouvelle législation autorise aussi l’affichage du millésime et du cépage, ce qui leur était jusqu’ici interdit. Cela ouvre la possibilité, par exemple, de produire un Sauvignon blanc de France en assemblant des raisins provenant de Loire, du Bordelais ou du Languedoc. Ce type d’assemblage, très courant dans les pays du Nouveau Monde, était jusqu’ici impossible en France. A noter que 15% du vin pourra provenir d’un autre millésime ou d’un autre cépage que celui indiqué sur l’étiquette.

• Les Vins de Pays sont remplacés par les IGP (Indication Géographique Protégée)

Pour cette “mutation”, ils bénéficieront d’une période de transition qui permettra de faire figurer les deux mentions sur les étiquettes. Les Vins de Pays ont été la réponse française à la demande internationale pour les « vins de cépages » (les AOC interdisant la mention du cépage sur les étiquettes). Ils bénéficient d’une législation plus sévère que celle des Vins de France mais plus souple que celle des AOC : choix de cépages plus large, élaboration hors de la région d’origine autorisée, possibilité d’ajouter jusqu’à 15% de raisins provenant d’une autre zone, et droit également d’ajouter jusqu’à 15% d’un autre millésime ou cépage que ceux figurant sur l’étiquette.

• Les VDQS (Vins Délimités de Qualité Supérieure)

Ils disparaissent purement et simplement et les anciennes VDQS devront choisir avant 2012 entre IGP ou AOP, la plupart optant évidemment pour la seconde, plus valorisante.

• Les Appellations d’Origine Contrôlée (AOC) deviennent des Appellations d’Origine Protégée (AOP)

Toutefois, l’usage du terme AOC, auquel sont attachés aussi bien les producteurs que les consommateurs, devrait rester en vigueur. Le passage à l’AOP ne change rien dans le fond, si ce n’est quelques dispositions à la marge. Comme, par exemple, la fin des très contestées dégustations d’agrément qui seront remplacées par des contrôles en aval, une fois les vins commercialisés. Cependant, on peut espérer que l’opportunité que donne cette réforme de réécrire le cahier des charges constitue une occasion de resserrer le niveau d’exigence (révision des aires d’appellation et question des rendements notamment) et de donner un nouveau souffle qualitatif aux AOC/AOP.

En savoir plus sur les grandes régions viticoles

Consultez les ventes de vin sur iDealwine

Tags:

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

Zoom sur un domaine : le château de Rayne Vigneau, à Sauternes

Saviez-vous que le Château de Rayne Vigneau a été classé, en 1855, au rang des premiers crus du Sauternais, juste un cran au dessous du Château d’Yquem ? Son terroir, ...

Sélection de Champagne iDealwine : la RVF re-note 3 cuvées à la hausse !

Une consécration pour Bollinger, Jacquesson, Deutz ! Trois cuvées sélectionnées par iDealwine dans le cadre de l’offre Champagne de fin ...

Un domaine à suivre : le Château de La Selve, en Ardèche

Le Château de La Selve en Ardèche est le domaine qui monte dans le sud du Rhône. Des vins très naturels, sans artifice, faciles à boire et à marier à ...

Partage(s)