Quels accords mets et vins avec les desserts italiens ?

tiramisuC’est toujours l’été (jusqu’au 21 septembre, ça évitera de le redire à chaque fois).

Parmi les destinations prisées des vacanciers, l’Italie.

Pour être en parfaite harmonie, mettons le cap sur la botte et ses secrets sucrés si savoureux (c’est pas faux).

Fruits frais, confits ou au sirop, miel, noix, amandes, ricotta ou mascarpone sont quelques-uns des ingrédients phare de la pâtisserie italienne. Avanti !

Tiramisu : c’est un groupe de rock qui monte paraît-il, mais aussi – et surtout, un entremets qui élève. « tire-moi vers le haut » littéralement. Un bon principe. A base de café, de marsala, doté de l’onctuosité du mascarpone et du moelleux des biscuits à la cuiller, saupoudré de cacao, ce dessert appelle des vins doux naturels comme un banyuls ou un maury, un pineau ou un vin de marsala pour le ton sur ton.

Panna cotta ou « crème cuite ». A base de crème, de lait, de sucre, de consistance ferme, surmonté d’un coulis de fruits rouges, cet entremets est parfait avec un maury de type rancio, un porto ruby (jeune et fruité), un crémant d’Alsace ou un muscat du cap corse.

Semi-freddo ou « mi-froid ». C’est la moitié d’un freddo. Mais avec le double de crème. Bref, tournure euphémistique pour éviter d’effrayer le chaland. Avec ce genre de texture mousseuse, je verrais bien un blanc moelleux, vouvray demi-sec, gewurztraminer ou jurançon.

Amaretti : c’est le macaron italien. Il peut être dur ou moelleux, toujours à base d’amandes et de sucre. Accompagnez-le de monbazillac, sainte-croix-du-mont, côtes-de-bergerac moelleux, pacherenc-du-vic-bilh moelleux.

Diplomate : préparé avec de boudoirs et de la confiture (abricots, groseille…), cet habile gâteau se glisse fort à propos dans toutes les assiettes. Pourquoi pas un coteaux-du-layon ? Ou un muscat ? Ou une VT d’Alsace ?

> soyez diplomate. Ne dites pas « wouahou il est trop bon ton gâteau ! Tu m’en refiles une part pour étouffer ma belle-mère ? », non vraiment, je vous assure, ne dites pas cela. Dites plutôt « Y a pas à dire, ton diplomate, il est bon mais celui de jolie-maman est plus savoureux ».

Génoise : c’est la b-a-s-e ! Le gâteau neutre que l’on coupe horizontalement en deux ou trois abaisses pour le manger religieusement, et que l’on imbibe d’un sirop parfumé (ou de rhum, d’armagnac, selon les variantes) puis que l’on tartine de crème (chantilly, au beurre, pâtissière). Bref, de la légèreté du départ il ne reste qu’un lointain souvenir.

Il serait apparu à la Renaissance sous l’influence des cuisiniers italiens de Catherine de Médicis.

Servez-le avec l’alcool employé, et à défaut, s’il est aux fruits, avec un muscat, un VDN jeune, un moelleux de Loire.

Question : quelle est la différence entre une génoise et un biscuit de Savoie ? La région, certes, mais encore ? Les oeufs sont battus entiers dans la génoise tandis que blancs et jaunes sont battus séparément dans le biscuit savoyard. Et toque.

  • Voir les commentaires (6)

  • Vinodis

    Sans vouloir jeter la pierre à cette article que je trouve bien résumé, ne serait-il pas mieux d’associer des desserts italiens avec des vins italiens ?
    Imaginez-vous un jour associer une choucroute alsacienne avec un Riesling espagnol … ;o)
    L’Italie regorge de très bons vins « sucrés » comme le Moscato d’Asti, le Verduzzo du Friuli, la Malvasia, le Lambrusco, le Moscato di Pantelleria, le Prosecco, …

  • LECLERCQ Valérie

    Aaaaaaah, cher Vinodis… Vous avez raison, l’Italie regorge de vins parfaits pour s’accorder aux desserts sus-cités. Pourtant, l’idée de la choucroute alsacienne au riesling espagnol ne m’effraie pas, encore que je pencherais plutôt pour une version néo-zélandaise, voyez. Et si les harmonies mets-vins nationo-nationales demeurent souvent les meilleures, méfions-nous tout de même des diktats et autres évidences : ils ne mènent pas toujours là où nous le souhaiterions (sans parler de Rome). Valérie Leclercq

  • Vinodis

    Il ne faut en effet pas se fixer sur des accords régionaux mais j’avoue que la Panna Cotta avec un Porto m’est difficilement imaginable même si je ne critique pas avant d’avoir goûté.
    Par contre, j’ai déjà testé avec un Lambrusco (si coulis de fruits rouges) ou Malvasia et c’est tout bonnement délicieux …

  • LECLERCQ Valérie

    Je rejoins tout à fait Vinodis concernant l’association panna cotta/porto, qui risque tout simplement de tuer la panna cotta. Et j’adoube (pour changer de « j’approuve »)les choix proposés (lambrusco et malavasia).

  • Moz

    Oui un bon lambrusco rosé ou blanc, ou des vins blancs moelleux italiens (idéalement: les vins du prestigieux domaine Antinori!) là : http://www.chai5.fr

  • Antoine

    pour rester sur l’Italie, on peut aussi imaginer un bon vin pétillant de Franciacorta comme le Bellavista l’un des meilleurs selon moi

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

Recette de la semaine : tarte au chèvre, miel et magret de canard

Quand le niveau de vos réserves tombe au plus bas, vous devriez tout de même trouver dans votre réfrigérateur un peu de chèvre, une pâte brisée et un joli magret ...

Les accords régionaux de vos vacances : la cuisine de Provence (1)

La Provence (et son avatar maritime, la Côte d’Azur) est sans doute la région qui évoque le mieux les vacances pour les Français. Ciel azur, mer bleue, cigales, pastis et ...

Recette de la semaine – Irish stew

Le week-end pascal est tout proche et qui dit Pâques en cuisine dit agneau. Notre agneau nous sommes allés le chercher cette année en Irlande avec cette recette d’Irish stew ...

Partage(s)