Marché mondial : le bel avenir du vin rosé

vin rosé tendances du marché mondial

En partenariat avec l’Observatoire Mondial du Rosé en Provence, l’Organisation Internationale du Vin (OIV) a publié fin 2015 une grande étude sur le marché mondial des vins rosés. Alors que la météo se montre de plus en plus clémente, le moment est venu d’en présenter les grandes tendances… et de se préparer à ses courses d’été !

Vous connaissez l’intérêt d’iDealwine pour les rosés de qualité, élaborés par des vignerons de talent. Ces derniers ont le mérite d’avoir fait évoluer plus d’un amateur, sur l’opinion qu’il pouvait en avoir. Nous essayons à notre niveau de contribuer à cette renommée que méritent de nombreux rosés, dont certains sont mêmes aptes à la garde !

Et le marché mondial suit. Entre 2002 et 2014, la production et la consommation mondiale de vins rosés ont augmenté respectivement de 16% et de 20%. Et rien qu’entre 2013 et 2014, la production a augmenté de 10%.

Production et consommation de rosé

En 2014, la production de vins rosés atteignait 24,3 millions d’hectolitres, soit environ 10% de la production mondiale de vins tranquilles (c’est-à-dire non effervescents). Quatre pays représentent 80% de la production : la France (avec 7,6 millions d’hectolitres en 2014), l’Espagne (5,5 Mhl), les Etats-Unis (3,5 Mhl) et l’Italie (2,5 Mhl). On note des différences parmi les grand pays producteurs de rosés. En France, la production nationale ne satisfait pas complètement la demande intérieure, car nous sommes de fervents consommateurs 🙂 . En revanche en Espagne, la production de rosé est principalement destinée à l’exportation.

De nouveaux pays producteurs ont fait leur apparition depuis les années 2000 : l’Afrique du Sud (+200% entre 2002 et 2014), le Chili (+400%), et l’Australie notamment (+450%). Le poids relatif des rosés dans la production locale dépend de chaque pays : par exemple, les rosés représentent 60% du volume de vin produit en Tunisie, et 35% en Uruguay.

Concernant la consommation, la France et Etats-Unis restent les deux principaux consommateurs de vins rosés, avec respectivement 8,1 et 3,2 millions d’hectolitres consommés en 2014. L’Hexagone reste donc loin devant, au point que les rosés représentent aujourd’hui presque un tiers de notre consommation de vin.

Mais la consommation se mondialise, ce qui tire les exportations grâce à des pays montants : entre 2002 et 2014, la consommation de rosé a augmenté de 250% au Royaume-Uni, de 250% à Hong-Kong, et de 750% en Suède.

Les échanges de rosé

Ils sont en plein essor : les volumes de vins rosés échangés ont augmenté de 37% depuis 2002, pour atteindre près de 10 millions d’hectolitres en 2014.

Les premiers importateurs mondiaux sont, en ordre décroissant : les Etats-Unis, l’Allemagne, le Royaume-Uni, et en tête… la France ; une première place liée au fait que la production nationale n’est pas suffisante pour satisfaire toute la demande.

Côté exportateurs, les premiers sont l’Espagne, l’Italie, les Etats-Unis et la France, qui, réunis, exportent plus de 80% des rosés en volume. Les Etats-Unis et l’Afrique du Sud ont aussi gagné de nombreuses parts de marché ces dernières années… mais nos rosés de Provence restent la référence, en qualité comme en valeur 🙂 .

Qui consomme du rosé ?

C’est chez les jeunes adultes que la consommation de vins rosés est la plus élevée. Selon le focus de l’OIV, la part de vins rosés dans la consommation totale de vins tranquilles est en moyenne 10% plus élevée chez les 18-24 ans. Ce phénomène est observable partout dans le monde… sauf en France, où la consommation de rosé est transgénérationnelle !

Dans la majorité des pays, les femmes déclarent consommer plus de vin rosé que les hommes : en Allemagne et aux Pays-Bas, cette différence atteint 6%.

Enfin, le vin rosé appartient à la catégorie des consommations « météo sensibles », qu’il s’agisse de la température ou de l’ensoleillement. Dans les grandes surfaces françaises, 35% des rosés sont vendus l’été, contre 15% en hiver. Enfin, il peut exister des particularités selon les pays : au Royaume-Uni, le rose étant associé à l’amour, on note un pic de consommation de vins rosés pour la Saint-Valentin.

graphique premiers pays rosé
Source : OIV / CIVP
graphique premiers pays rosé
Source : OIV / CIVP

Accédez à l’ensemble de l’étude de l’OIV

Consultez tous les vins rosés en vente sur iDealwine

Recherchez le prix d’un vin

Pas encore inscrit(e) pour participer aux ventes ? Complétez votre inscription, c’est gratuit !

A lire également dans le blog d’iDealwine :

Achat direct : une sélection de grands vins du Sud

Le marché français des vins rosés se porte très bien

Peut-on faire vieillir un rosé ?

Quels accords mets et vins avec un bandol rouge ou rosé ?

2015, vers une année record pour les ventes de champagne

La jeune génération des « Millennials », fer de lance de la consommation de vin aux Etats-Unis

Combien coûte une bouteille de vin aux quatre coins du monde ?

Tags:

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

vinsdabbaye

Rendez-vous au Salon des Vins d’Abbayes les 15 et 16 mars 2014

Avez-vous déjà dégusté des vins produits sur des vignobles vieux de 900 ans? L’Association des Vins d’Abbayes vous en l’offre l’opportunité lors de son salon annuel qui se tiendra les ...

Parutions : Les affiches des vins

C’est un livre original consacré aux affiches de vin que vient de publier Emmanuel Lopez, passionné par l’art des affiches, aux éditions Citadelles & Mazenod. Une nouvelle manière d’envisager l’histoire ...

Le vin peut-il être un investissement ?

Certes, les amateurs connectés à iDealwine sont avant tout des passionnés, venus chez nous à la découverte des plus belles ...

Partage(s)