La Jurade de Saint-Emilion parrainée par le Prince de Monaco

La 60e Jurade de Saint-Émilion s’est déroulée sous les meilleurs auspices les 20 et 21 septembre derniers. En effet, son altesse le prince Albert de Monaco en personne parrainait les festivités. Défilé aux flambeaux, feu d’artifice, cortège et messe solennelle ponctuèrent ce week-end à la gloire du roi Bacchus. Avec ce qu’il fallût de robes et d’intronisations. L’écrivain Dominique Lapierre présida l’ensemble des cérémonies et la petite cité girondine connut l’effervescence des grands jours.

La Jurade a été créée en 1948 mais ses origines remontent au 12e siècle, lorsque Jean Sans Terre, roi d’Angleterre, confirma les pouvoirs des jurats de Saint-Émilion. Ceux-ci avaient un rôle prépondérant dans l’administration de la cité (justice, police) mais aussi l’élaboration des vins. Ils proclamaient le ban des vendanges et luttaient contre les abus et les fraudes. Toutes ces mesures en vigueur jusqu’à la Révolution ont assuré la renommée du vin de Saint-Émilion. Aujourd’hui, la Jurade a davantage un rôle d’ambassadeur, organisant dégustations et cérémonies d’intronisation partout dans le monde, où il existe plusieurs chancelleries.

Pour consulter la liste des vins de Saint-Emilion en vente actuellement, cliquez ici.

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

La citation du jour

« La citation du jour » vous est proposée chaque semaine en collaboration avec Oenologie Citations & Humour, le site ...

Equipe-iDealwine

iDealwine conforte sa place de 1ère maison française de vente de vin aux enchères

Comme chaque année, l'autorité publique de régulation des enchères, le Conseil des ventes volontaires aux enchères publiques (CVV), publie son rapport officiel d'activité. Sur l'année 2016, le marché des enchères ...

Millésime 2016 : pas de montrachet ou presque …

Du fait d’un sévère gel ce printemps, six des plus prestigieux domaines de l’appellation Montrachet ne produiront qu’une seule cuvée commune, en microquantités, et qui ne sera probablement jamais commercialisée.

Partage(s)