Domaine Burgaud : des beaujolais de belle facture et de longue garde

Jean-Marc Burgaud dans sa caveLes vins de Jean-Marc Burgaud sont connus pour faire partie de l’élite du Beaujolais. Son beaujolais-Villages “Vignes de Theulon” est digne d’un cru et son morgon “Les Charmes” est un vin facile à aborder, plein de… charme et de délicatesse. Partons à la découverte de ce producteur aussi sympathique que talentueux.

Mine de rien – car la vraie notoriété du domaine est relativement récente –, Jean-Marc Burgaud a créé son domaine il y a 22 ans, en 1989. Au début, il louait trois hectares et pendant 2 ans il a vendu toute sa production en vrac au négoce. Marié à une native de Morgon dont les parents étaient viticulteurs, il a progressivement agrandi son domaine en reprenant les vignes de ses beaux-parents entre 1998 et 2002 puis celles de son père en 2006. Aujourd’hui le domaine est d’une taille relativement importante pour la région : 19 hectares dont 13 en AOC Morgon (8 en Côte du Py, 4 en Grands Cras et 1 en Charmes), 1 en AOC Régnié, 4,5 en AOC Beaujolais-Villages et 0,5 en Beaujolais blanc récemment planté et qui donnera sa première récolte en 2012. Si, durant les dix premières années d’exploitation il vendait à peine 10 % de sa production en direct, aujourd’hui ce sont 95 % des volumes qui sont vendus en bouteille. « Par correction vis-à-vis de mes clients historiques, je vends encore quelques pièces à des négociants comme la maison Potel/Aviron. »

Jean-Marc Burgaud dégustationJean-Marc Burgaud l’avoue facilement : « Au début, après ma formation à Beaune, je faisais des vins “scolaires”. Il m’a fallu 3 ou 4 ans pour arriver à bien comprendre le morgon ». Il travaille ses sols depuis une dizaine d’années mais ne s’interdit pas certains traitements foliaires en cas de besoin pressant et quand il est débordé. Les rendements tournent entre 40 et 45 hl/ha. Les vinifications sont faites en levures indigènes sauf exception, par exemple sur les 2,5 hectares repris récemment sur le climat des Grands Cras où les vignes étaient en mauvais état. Les macérations sont conduites à une température de 25°C (en chauffant légèrement la vendange si nécessaire). La durée des macérations est variable selon les appellations, d’une semaine pour le beaujolais-villages à un ou deux jours de plus pour le régnié, voire dix à quinze jours pour les différents climats de morgon. Les vins de goutte et de presse sont assemblés pour l’élevage, essentiellement en cuves béton auxquelles s’ajoutent quelques fûts et demi-muids. Seules les cuvées Réserve, Javernières et James sont élevées 12 mois totalement en fûts. Dans la cuvée Côte du Py on trouve, selon les millésimes, une proportion allant de 5 à 20 % de vin passé en fût. Sur les trois cuvées “haut de gamme”, l’âge et la provenance des barriques sont différents : Réserve et Javernières sont élevées dans des barriques de 5 à 7 ans de la maison Seguin-Moreau et la cuvée James est élevée dans des barriques de la maison François Frères âgées environ de 3 ans. Ces différences expliquent sans doute nos perceptions assez différenciées sur ces trois vins. Jean-Marc Burgaud ne s’en cache d’ailleurs pas : « Les fûts François Frères marquent plus le vin et il faut y placer des vins à la matière bien structurée, ce qui est le cas de la cuvée James produite avec mes meilleures vignes en haut de la Côte du Py, un demi-hectare avec des ceps qui donnent de petits raisins très concentrés. Les fûts Seguin-Moreau donnent plus de finesse et de précision et marquent sensiblement moins les vins. » La teneur revendiquée en SO2 est de 35 g/hl au total, dont 15 de SO2 libre.

Vu de la Côte du Py avec le célèbre chêne symbolique du terroir de MorgonDirect, franc et agréablement bavard, Jean-Marc Burgaud est un vigneron qui attire la sympathie. L’homme et ses vins ont sans doute un côté moins “paysan”, un peu plus sophistiqué que bien d’autres sur Morgon. Mais son relatif modernisme et son marketing habile n’altèrent heureusement pas la sincérité de ses vins, qui jouent dans un registre plutôt sérieux (sans être austères), moins “glissants” que ceux de “l’école Lapierre”, mais probablement plus taillés pour une certaine garde. Tout au plus pourrait-on souhaiter des élevages un peu moins appuyés sur les cuvées de pointe, en particulier “James”.

Les vins du domaine Jean-Marc Burgaud actuellement en vente :

Morgon Côte du Py James 2012 :

La cuvée James se caractérise par une richesse et une concentration rares en Beaujolais , elle n’est produite que sur les meilleurs millésimes et en faibles quantités. Le nez déploie des arômes de fruits mûrs, des notes boisées bien intégrées. Le palais est dense, riche, bien structuré, soyeux, avec une longue finale portée par la fraîcheur. Cette délicieuse cuvée peut séjourner quelques années en cave afin d’offrir tout son potentiel.

 

Domaine Jean-Marc Burgaud  – ce qu’en disent les  guides 

* Guide des vins bettane+desseauve 2017 :

« Jean-Marc Burgaud possède l’essentiel de son vignoble sur Morgon, avec des parcelles magnifiquement situées sur la fameuse Côte de Py, et vinifié dans l’optique d’élaborer des vins de garde. Vendangés en maturité montante, les raisins donnent leur pleine expression en bouche. Très rigoureux dans l’élevage de ses vins, Jean-Marc Burgaud est en constante reflexion, une qualité indispensable à la production de grands vins racés.

Les vins : Les 2014 accentuent le caractère ciselé des vins. Les adeptes de vins droits iront vers la côte-de-py, tandis que ceux à la recherche de vins plus structurés et de  garde préféreront la cuvée James. »

* Le guide des meilleurs vins de la Revue du vin de France 2017 :

« Jean-Marc Burgaud est un vigneron consciencieux, une valeur sûre de notre guide. Les années passent et le style des vins s’affine. Créé en 1989, le domaine possède la majorité de ses vignes sur différents terroirs de Morgon, ainsi qu’une parcelle sur sable et cailloux dans le cru Regnié, et cinq hectares en Beaujolais-Villages sur les sols granitiques du village de Lantignié, où est produit depuis 2012, sur argiles, un beaujolais blanc.

Les vins : l’ensemble de la cave séduit en 2014. Chaque terroir et chaque appellation se distinguent, avec des niveaux de texture qui correspondent bien aux profils des sols. Dès le beaujolais-villages, le minéral apparaît et le volume du vin dépasse bien le niveau d’un simple vin de fruit. Les Charmes, avec sa bouche ronde aux tanins souples, séduira dès sa jeunesse. Grands Cras impose une belle charpente qui demandera davantage de patience. Le Côte de Py est très typé, avec une empreinte de graphite et une bouche plus carrée. Le terroir de Javernières se montre davantage bourguignon dans sa trame de bouche, et offre de l’allonge. Engin le morgon James est souligné par un boisé luxueux, mais qui ne posera aucun problème, vu la densité du vin. »

Accéder à tous les vins de Jean-Marc Burgaud actuellement en vente

Accéder à tous les vins du Beaujolais actuellement en vente

Voir les ventes de vin sur iDealwine

Recherchez le prix d’un vin

Pas encore inscrit(e) pour participer aux ventes ? Complétez votre inscription, c’est gratuit !

 

 

Tags:

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

Champagne : osez le rosé !

On l'oublie parfois un peu, le champagne n'est pas simplement un blanc effervescent. Les grandes maisons et les vignerons artisans produisent également un rosé, souvent excellent, mais moins mis en ...

Vente à prix fixe : Château des Jacques, le plus bourguignon des beaujolais

Dans le Beaujolais, le Château des Jacques se distingue par une vinification “à la bourguignonne” qui permet à ses vins de vieillir avec grâce. En particulier ses cuvées de Moulin-à-Vent ...

lightning

Grêle : le ciel est encore tombé sur la tête des viticulteurs

La grêle… L’un des pires ennemis des viticulteurs et elle s’est abattue sur près d’un millier d’hectares en Gironde et à Cognac dans la nuit du dimanche 8 juin.

Partage(s)