Dégustation : nos coups de cœur de Biodyvin

puyarnaudLe lundi 7 novembre se tenait le salon Biodyvin à Paris. L’occasion pour quelques chanceux d’iDealwine d’aller (re)goûter les cuvées de fabuleux ambassadeurs des vins en biodynamie. Retour sur les nombreuses pépites du salon.  

Le syndicat international des vignerons en biodynamie (SIVCB) organisait son salon annuel à Paris. La biodynamie est une viticulture très exigeante qui amène les vignerons à questionner leur approche de la vigne, de l’agriculture et bien plus encore.  N’en déplaise à ses détracteurs, les vins présentés étaient tous d’un excellent niveau. Il faut que dire que le syndicat pouvait compter sur de fabuleux ambassadeurs : Domaine Leflaive, Alphonse Mellot, Clos Puy Arnaud, Zind Humbrecht… Difficile de vous dire ce que nous avons préféré ! Nous avons sélectionné quelques vins qui nous ont particulièrement touchés. Une liste non exhaustive et délicate à établir tant le niveau des vins était élevé.

 CHAMPAGNE

Françoise Bedel

bedel

Les champagnes de Françoise Bedel, nous avons déjà eu l’occasion de vous en parler. Cette maison située dans la vallée de la Marne a pour particularité de privilégier le pinot meunier dans ses assemblages. Que ce soit l’Origin’elle, avec une bouche éblouissante de précision, tout en équilibre, ou le fantastique millésimé 2005 L’art de la Terre, d’une grande pureté, nous avons été particulièrement touchés par ces champagnes d’une grande personnalité.

Alsace

Bott-Geyl
bottgeyl

Jean-Christophe Bott offrait à déguster plusieurs vins de sa gamme, tous extrêmement convaincants. Citons ici le riesling Graffenreben de Zellenberg, ample en bouche mais porté par une très belle acidité du début à la fin. Le gewurztraminer Sonnenglanz 2010 est un grand vin, l’illustration parfaite de ce que l’on peut faire de ce cépage parfois exubérant. Ici le nez est d’une très grande gourmandise, la bouche est minérale sans la lourdeur que pourrait laisser craindre le sucre résiduel. Ce sucre résiduel, justement, Jean-Christophe Bott l’assume pleinement : « Pour les plus grands terroirs, il faut savoir attendre la maturité phénolique pour révéler au mieux le potentiel de ces vins, et cela passe par des vendanges plus tardives ».  Ce gewurtz lui donne en tout cas raison.

Marcel Deiss

Jean-Michel Deiss est l’apôtre de la complantation, tradition alsacienne ancestrale mais qui a peu à peu disparu au profit des vins mono-cépage. Les vins du domaine Deiss, présentés par son épouse Marie-Hélène et son fils Matthieu sont élégants, et un remarquable équilibre se détache des différents cépages qui constituent ces vins. Nous avons particulièrement aimé le Grünspiel et évidemment le grand cru Altenberg de Bergheim en 2011. Un vin dans un style demi-sec parfaitement équilibré et surtout d’une intensité phénoménale.

Loire

François Chidaine

La dégustation avait ceci de passionnant de comparer les cuvées du domaine de Montlouis et de Vouvray (aujourd’hui déclassé en vin de France, pour la ridicule histoire que l’on connait), et de donner à voir les différentes expressions du chenin. Les Choisilles 2015, un montlouis issu d’un sol argilo-calcaire, joue sur le registre de la tension avec une acidité très marquée. Argiles et Beaudoin 2015 montrent plus d’amplitude en bouche, mais toujours avec une superbe minéralité. Les montlouis Les Bournais et Clos Habert 2015 sont absolument sublimes avec des allonges exceptionnelles. Les Bournais allie matière et tension, la marque d’un grand vin.

 Huet

Le domaine Huet proposait une autre interprétation du chenin. Le domaine cherche à obtenir un maximum de maturité. Haut-Lieu 2012 avec 50g de sucre résiduel développe un nez de pomme très mûr. Le Mont 1er Trie est un moelleux obtenu par passerillage, riche qui montre déjà de sublimes notes d’évolution, de champignon.

Alphonse Mellot

mellot

Les blancs du domaine nous ont impressionnés. Le sauvignon est ici parfaitement apprivoisé. L’expression n’y est pas variétale mais la maturité est parfaite comme pour La Moussière 2015, doté d’un beau nez de fruits exotiques. Le Paradis 2012 se montre aérien alors que Génération XIX joue sur le registre de la puissance et de la concentration. Les deux rouges La Moussières 2015 et En Grands Champs 2015 montraient une texture en bouche absolument remarquable mais méritent encore d’être attendus quelques années.

Vallée du Rhône

Gourt de Mautens

gourtdemautens

 

Peut-être la surprise du salon pour le blanc du domaine en 2014. Le domaine n’étiquette plus ses bouteilles en rasteau car il dépasse le quota de 15% de cépages autochtones autorisé dans l’assemblage par le cahier des charges de l’appellation. Justement ce blanc est un véritable ovni avec du picardin, du picpoul blanc et gris etc. Le nez est d’une complexité rare. Et la bouche se montre à la hauteur, gourmande et vibrante.

Corse

Clos Canarelli

Nous sommes arrivés trop tard pour déguster le blanc… Mais le 2014 rouge s’est montré à la hauteur de nos attentes, avec des notes de fruits mûrs et de garrigue et une bouche pleine et équilibrée. Amphora 2014, qui comme son nom l’indique est élevé en cuves ovoïdes nous a impressionné par son touché de bouche unique.

Comte Abbatucci

Que ce soit en blanc ou en rouge, ce sont des vins très réjouissants. Diplomate en VDF blanc se montre extrêmement fin et digeste. En rouge, Faustine 2014 avec 70% de sciaccarello est à découvrir : à la fois peu extrait mais parfaitement mûr. Plus concentré, Ministre Impérial 2014 impressionne par sa matière et sa texture.

Roussillon

Olivier Pithon

Le macabeu 2014 est un superbe vin de partage, rustique et gourmand. Il se montre absolument irrésistible. D18 2014 assemblage de grenache blanc et gris joue dans un autre registre. C’est un vin gourmand à la texture minéral et saline. Laïs rouge nous séduit, c’est un rouge au fruit mûr, mais qui demeure frais et digeste.

Bordeaux

Clos Puy Arnaud

C’est un domaine de Bordeaux pour qui la gourmandise n’est pas un gros mot. Au contraire, les vins ici brillent dès leur jeunesse par leur accessibilité. L’usage du bois est intelligent : la cuvée pervenche 2015 en est dépourvue, les ormeaux est élevé à 30% en futs, et seul le grand vin l’est à 100% (30% de bois neuf). Le Clos 2014 est superbe et laisse présager d’un grand vin. Le 2011 servi en magnum nous a impressionnés, il est prêt à boire, rond, suave avec un nez de réglisse.

Voir les ventes de vin sur iDealwine

Recherchez le prix d’un vin

Pas encore inscrit(e) pour participer aux ventes ? Complétez votre inscription, c’est gratuit !

A lire également dans le blog d’iDealwine :

Clos Puy Arnaud : les excellents vins du bio-dynamiste bordelais Thierry Valette
Zoom sur le Clos Canarelli, domaine emblématique des grands vins corses
Alphonse Mellot, 19ème du nom
François Chidaine le chenin à son sommet
Jean-Michel Deiss, apôtre de la complantation de cépages en Alsace
Zoom sur le domaine Françoise Bedel
 Dégustation : huit clos, un déjeuner et une échappée belle dans le vignoble français
Dégustation : le millésime 2013 des grands crus de Bordeaux

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

Consommation de vin en Chine : un rebond à l’horizon !

Guillaume Deglise, directeur général de Vinexpo, présentait ce mardi 3 février à la presse chinoise les tendances générales du secteur. Si la consommation a eu tendance à baisser ces deux ...

Palmares-vins-les-plus-cher-Beaujolais

PALMARES : le TOP 20 des vins du Beaujolais

Suite de notre tour de France des belles enchères : nous mettons cette fois-ci le cap sur le Beaujolais, où les vins « naturels » se distinguent une fois de ...

Nouveau : Un marathon à Sauternes en juin 2011

A vos marques, prêts … Le premier marathon se Sauternes se déroulera le 4 juin prochain. Une occasion rêvée de découvrir, même si c’est au pas de course, les beautés ...

Partage(s)