Côte de Nuits : belles enchères sur les grands crus du domaine Dujac

Un peu plus de 6000 flacons étaient proposés aux enchères lors de la dernière vente, qui s’est déroulée en ligne sur iDealwine jusqu’au 15 mars dernier. Un tiers d’entre eux ont été acquis par des amateurs étrangers, qui enchérissaient depuis une trentaine de pays. Cette vente a placé sous le feu des projecteurs les flacons – rares – de grands crus du domaine Dujac.

Relativement rare dans les ventes aux enchères, et à ce titre peu souvent placé sous le feu des projecteurs, le domaine Dujac appartient pourtant au cercle des producteurs dont les vins sont recherchés par les amateurs du monde entier. Créé par Jacques Seysses en 1967, le domaine est aujourd’hui aux mains de la génération suivante, (Jeremy, Alec et Diana, femme de Jeremy). L’une des spécificités du domaine est la vinification en grappes entières, qui confère aux vins jeunes une note végétale élégante, mais qui peut parfois dérouter certains amateurs, d’où la nécessité d’un temps de garde de plusieurs années avant que les vins ne s’expriment pleinement. Et ce sont d’ailleurs les millésimes matures qui ont, lors des dernières enchères sur iDealwine, vu leurs prix grimper. Le domaine dispose de belles parcelles qui couvrent 12 premiers et grands crus de la Côte de Nuits. Parmi ceux-ci, le Clos de la Roche est l’une des étiquettes les plus emblématiques du domaine Dujac. Sans surprise compte tenu de la faible occurrence de ses apparitions aux enchères son cours s’est littéralement envolé dans deux superbes années, atteignant 672€ pour le clos-de-la-roche 1999 (+24%) et 660€ pour le 2002 (+84%). C’est dire si le 2008 – certes un peu en retrait par rapport aux deux millésimes précédents – adjugé 296€ (+23%) dispose encore d’un réel potentiel de progression. On notera aussi le beau résultat obtenu sur le clos-saint-denis 1999, puisqu’il s’est vendu 528€ (+15%).

Parmi les principales tendances relevées lors de cette vente dans les autres régions, à Bordeaux ce sont les premiers crus mouton-rothschild et lafite qui dominent le palmarès des belles enchères, y compris, pour Mouton, dans les « petits » millésimes tels que 1992, 1993 ou 1999 et, pour Lafite, 2011. Mais pour la plupart des grands crus classés, non seulement les années réputées progressent (840€ pour cheval-blanc 1990, +17%) mais on voit également les beaux millésimes récents reprendre des couleurs, à l’instar de 2009 (+25% pour Haut-Bailly à 165€) et 2010 (326€ pour Angélus, +9%). A Sauternes les années collectors d’Yquem remportent le succès escompté : un flacon de 1925 atteint ainsi 1500€ (+46%). Les années de guerre, difficiles à trouver, font également recette (1440€ pour le millésime 1942, 1260€ pour le 1941).

En bourgogne, les amateurs asiatiques sont aux premières loges quand il s’agit de faire grimper les enchères sur les grands crus de Bourgogne. C’est ainsi que la Romanée du domaine Liger-Belair prend le chemin de Hong Kong pour 1620€. Les vins du domaine de la Romanée Conti sont quant à eux remportés par des amateurs de Singapour, c’est notamment le cas d’un richebourg 1990 (2640€, +28%) et d’un flacon de la-tâche 2007 (2340€, +34%). Des marcs issus du célèbre domaine voient aussi leurs prix exploser, à 1260€ pour une Fine de Bourgogne (DRC) 1986 et 984 pour un marc de Bourgogne 1988 de la même provenance. En blanc, un domaine dont on n’a pas fini d’entendre parler, celui d’Arnaud Ente, fait l’unanimité : son meursault Clos des Ambres 2011 est adjugé 260€.

Dans la vallée du Rhône, la bonne tenue du trio des LA-LA-LA de Guigal, en Côte-Rôtie se confirme (+41% pour La Landonne 1995 à 360€). En blanc, le millésime 2009 de château-grillet franchit le seuil des 200€ (24€, +40%).

Dans les autres régions, on notera le prix de 288€ atteint pour un jurançon, le Petit Manseng moelleux 2001 du Clos de la Joliette. Beau succès également, en magnum, pour deux vins issus de régions dont on ne parlait pas vraiment dans les ventes aux enchères, jusqu’il y a peu : 192€ pour le fleurie L’Ultime 2011 d’Yvon Metras et, en magnum toujours, 180€ pour le côtes-du-jura Cuvée Marguerite 2009 de Jean-François Ganevat. En champagne la rareté prime toujours, un flacon de la fameuse cuvée S de Salon, millésimé 1990, a été adjugé 732€.

Accédez au rapport complet de la vente aux enchères de vin du 15 mars 2017

Demandez une estimation pour la vente de votre cave

En savoir plus sur la revente de vin via iDealwine

A lire également dans le Blog iDealwine :

PARUTION : Baromètre iDealwine 2017, une analyse prospective des ventes aux enchères de vin

Palmarès : le TOP 50 des vins les plus chers en 2016

Belles enchères : Guigal, Jamet, Gangloff, Rostaing font honneur à Côte-Rôtie

Belles enchères : de Bordeaux au sud de la France, la quête insatiable de la rareté

10 320€ pour un romanée-conti 1991 (+28%) adjugé le 14 décembre sur iDealwine

 

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

Greysac

Vente à prix fixe spéciale SOLDES : quelques bordeaux à prix d’ami !

Dans la vente à prix fixe spéciale soldes actuellement en ligne sur iDealwine, vous pouvez encore trouver de bonnes affaires sans toutes les régions. Aujourd’hui, coup de projecteur sur Bordeaux ...

Une appli pour choisir son restaurant en fonction de la carte des vins

C’est une expérience amère que chaque amateur de vins aimerait ne plus jamais avoir à revivre : sélectionner un restaurant pour sa carte, et découvrir sur place que les vins ...

Les ateliers gourmets du Grand Tasting 2010 : de sublimes accords au programme

Pour mieux apprécier les meilleurs vins, le Grand Tasting Paris a choisi de laisser les grands chefs s’exprimer, et préparer des accords de rêve. Lisez plutôt le programme de ces ...

Partage(s)