Château Pontet-Canet sera en partie élevé en amphores !

Amphores Pontet CanetLa vinification ou l’élevage en amphores est encore une rareté en France alors que c’est un procédé beaucoup plus courant en Italie, pour ne prendre qu’un exemple. Mais quand, en plus, c’est un cru classé de Bordeaux, Pontet-Canet en l’occurrence, qui choisit cette méthode, voilà qui devient un petit événement !

 

Depuis quelques années, le château Pontet-Canet se distingue dans les crus classés bordelais par une véritable petite révolution culturelle, à tous les sens du mot. En effet, lancé dans une démarche de viticulture en biodynamie depuis 2004 (l’agrément a été obtenu pour le millésime 2010), ce cinquième cru classé de Pauillac est sans doute le vin qui a le plus progressé en qualité au cours de ces huit dernières années. Qualité reconnue à la fois par les amateurs pointus et sensibles à une démarche “naturelle”, mais aussi par la critique internationale qui place aujourd’hui les vins de Pontet-Canet au niveau des plus grands vins de Bordeaux. Avec, en parallèle, une progression inévitable des prix… Jean-Michel Comme, le régisseur du château, pratique ici une viticulture particulièrement pointue et exigeante, totalement naturelle en biodynamie certifiée, et a réussi l’exploit de travailler plus d’un quart des 81 hectares de vignes au cheval, que ce soit pour les labours ou pour la diffusion des traitements biodynamiques. Rien de marketing là-dedans, simplement des convictions et des résultats tangibles dans la qualité du vin.

 

Tout naturellement, Jean-Michel Comme a été amené à trouver une suite logique dans les chais et dans ses méthodes de vinification à ce formidable travail accompli en amont. Dans un premier temps, il a favorisé des extractions plus douces, dans un esprit d’infusion, pour donner au vin une vraie délicatesse malheureusement trop rare dans le bordelais… Aujourd’hui il a décidé d’aller encore plus loin en élevant une partie de la production de Pontet-Canet… en amphores !

Tout vient de son insatisfaction face au résultat de l’élevage dans des barriques d’un vin et de sa volonté de ne pas tout élever en barriques neuves. Intrigué, intéressé puis convaincu par certains vins qu’il avait goûtés et qui étaient vinifiés et/ou élevés en amphore, il a décidé de franchir le pas cette année.

 

L’amphore, préférable au bois ?

Ouvrons une parenthèse sur cette méthode encore très rare en France mais beaucoup plus répandue en Italie ou en Géorgie. L’intérêt des amphores en terre cuite (on parle aussi pour les nommer de “dolias”) est qu’il s’agit d’un contenant légèrement poreux (qui permet une micro oxygénation du vin en élevage comme un contenant en bois) mais totalement neutre aromatiquement, ce qui préserve donc l’expression naturelle du raisin sans la maquiller par un goût boisé inutile et fatigant. Depuis plusieurs années Jean-Michel Comme limite de plus en plus la part du bois neuf dans le vin de Pontet-Canet (à peine 50% dans les derniers millésimes, ce qui est totalement atypique pour un grand cru classé de ce niveau). Mais parce qu’il n’était pas totalement satisfait de ses élevages dans des contenants ayant déjà connu un vin, il a décidé de remplacer une garde partie de son parc de barriques par des amphores. Le principal problème était de faire fabriquer des amphores de grande taille pour pouvoir absorber la production de Pontet-Canet sans multiplier leur nombre. Comme presque tout ce qui évolue ces dernières années à Pontet-Canet, c’est en interne que le problème a été traité, Jean-Michel Comme dessinant lui-même les amphores qu’il souhaitait en fonction d’impératifs techniques et de ses choix en matière de vinification. Ainsi, la forme de la cuve a été très réfléchie. Une forme évasée en partie basse privilégie le gras dans le vin, car il y a plus de surface de contact avec les lies. Une partie basse plus resserrée laisse les vins plus tendus. Cela risque aussi de faire réduire les vins par un entassement des lies. La forme choisie par Jean-Michel Comme est un équilibre entre les deux versions, gras et tension.

 

Une amphore customisée

Le souci du détail a été poussé jusqu’à inclure dans la composition de la terre cuite de ces amphores une part du sol de Pontet-Canet, du caillou calcaire broyé pour une partie d’entre elles et des galets de graves (entiers) pour les autres, afin que le vin garde une forme de contact avec le terroir de la propriété tout au long de son élevage ! Les vins de merlot iront préférentiellement dans les amphores contenant du calcaire. Les autres seront destinées au cabernet-sauvignon.

Les 50 amphores de Pontet-Canet (900 litres chacune) seront remplies en janvier avec des lots séparés (par parcelles) puis avec l’assemblage du millésime lorsque celui-ci sera effectué. Au total cela représentera environ un tiers des 50% qui ne sont pas élevés en bois neuf, donc un peu plus de 15% d’un même millésime.

Une démarche qui fait décidément de Pontet-Canet le plus passionnant des grands crus bordelais à travers cette exigence et cette passion mise au service de l’expression la plus pure possible du terroir de son domaine !

 

A lire également :

Agriculture biologique, lutte raisonnée, biodynamie… Comment s’y retrouver ?

La biodynamie et le calendrier lunaire

La maison Roederer teste la biodynamie

Primeurs 2010 : quelle stratégie pour les amateurs de grands bordeaux ?

Voir les vins du château Pontet-Canet actuellement en vente sur iDealwine

En savoir plus sur les travaux de la vigne et la vinification

Recherchez le prix d’un vin

Tags:

  • Voir les commentaires (6)

  • Claude C

    Bon, que deviendront ces amphores après une vendange ?
    Aurons nous des amphores d’un vin, de deux vins etc….
    Question: pour laver ces amphores, l’eau est elle aussi, biodynamique ?
    Vaste sujet de réflexion !
    Pontet c’est déjà très bon comme cela, dommage que ce vin ne soit plus à portée de la majorité des amateurs ……

  • Nomblot

    Magnifique, Pontet a déjà été le premier à revenir aux cuves béton au début des années 2000, ce domaine est vraiment en recherche permanente de l’excellence et explore des solutions originales.

    bravo

  • Sylvain

    Si je me souviens bien de mes cours de latin de 4ème, un dolium, des dolia …

  • brazilero

    Moults Bravos pour cette initiative des plus écologiques et courageuses s’il en est,

    quel immense gachis de voir toutes ces barriques de chêne toutes neuves mises a la casse des la premiere année.

    Pourvu que cela fasse des émules

  • PL

    Bonjour,

    petit rectificatif : les « amphores » de Pontet Canet sont en béton qui est un matériau différent de l’argile.

    La démarche ne peut donc pas être assimilée aux vinifications réalisées en jarres ou amphores en terre cuite, type Gravner, Viret etc…

    Cordialement

    • iDealwine

      Bonjour,
      Merci de relever cette erreur, les amphores ne sont pas en terre cuite comme mentionné, mais bien en béton. Toutefois, ce béton est composé, en partie, de terres de la propriété, variant selon les amphores et les cépages élevés.

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

Zoom sur le Château La Grave à Pomerol

Le Château La Grave à Pomerol est l’une des pépites de l’appellation. Il produit des vins d’une grande élégance, typique de leur terroir … de graves.

Bientôt un grand cru de Nuits-Saint-Georges ?

C’est en tout cas ce qu’espère une poignée de producteurs de l’appellation, qui ont demandé à l’INAO à ce qu’une ...

Le saviez-vous : Champagne millésimé ou pas : quelle différence ?

L’art du champagne est avant tout celui des assemblages. Assemblages de cépages (essentiellement pinot noir, chardonnay, pinot meunier), assemblage de crus et assemblage de millésimes. C’est cette dernière caractéristique qui ...

Partage(s)