Champagne Larmandier-Bernier : voyage en terre de Vertus

Lors d’un voyage en Champagne, Larmandier-Bernier a accepté de recevoir Pierre, l’un des membres de notre équipe et son club de dégustation. L’occasion d’y découvrir les formidables expressions des grands crus et premiers crus de la côte des Blancs. Plongée à Vertus pour y déguster ces champagnes blancs ciselés et biodynamiques.

Pierre Larmandier fonda cette maison familiale en 1990. Rapporté à l’histoire de la Champagne viticole, c’est donc une maison très récente. En l’espace de quelques années pourtant, ces champagnes se sont hissés parmi les plus fins et les plus justes de la région. Au début des années 1990, Pierre Larmandier se rend en Alsace, il y découvre les grands blancs réalisés selon les principes de l’agriculture biologique et biodynamique. Très intéressé par ces nouvelles méthodes culturales, il attendait de déguster de grands vins issus de ces techniques pour se lancer. Fraichement convaincu, il convertit petit à petit ses vignes aux principes de l’agriculture biologiques puis biodynamiques (non-certifiés).

Des champagnes de terroir

Larmandier-Bernier s’appuie  sur ses propres parcelles pour produire ses champagnes. Le domaine possède 14 hectares de vignes répartis sur les villages de Vertus (10 hectares), Cramant, Avize Chouilly et Oger. Sur ces grands terroirs de blanc, la maison produit uniquement du chardonnay, à l’exception de deux hectares de pinot noir, plantés à Vertus pour la cuvée rosée et le coteau champenois  (ainsi quelques pieds de pinot gris). La qualité des terroirs de cette côte des blancs permet au domaine de produire des vins mono-cru qui se suffisent à eux-mêmes. Dans un esprit bourguignon, les champagnes de Larmandier sont à la fois similaires, – les raisins viennent tous des villages aux alentours et évidemment du même cépage – mais tous vraiment singuliers dans leur expression. La dégustation horizontale en offrant l’illustration la plus parfaite.

Un outil mis à niveau pour un travail parcellaire

Pour une structure familiale, le domaine a consenti à de lourds investissements afin de se donner les moyens de ses ambitions. Le domaine s’est doté de deux petits pressoirs en lieu et place de l’ancien. Cette acquisition permit de créer la cuvée Chemin d’Avize en isolant les raisins de deux parcelles dont la production était trop faible pour l’ancien pressoir.

Le choix des contenants pour les fermentations et les vinifications a donné lieu à une réflexion poussée. Les vins sont vinifiés et élevées en petits foudres et en barriques de chêne autrichien. Un choix très rare en France ! Pierre Larmandier apprécie l’oxydation ménagée des vins en barrique. Mais la chauffe extrêmement légère des fûts autrichiens sélectionnés permet de ne pas marquer les vins d’un boisé imposant.

La première fermentation est réalisée sans levurage. Les vins sont élevés sur lies jusqu’en juillet avec des bâtonnages occasionnels puis mis en bouteilles et élevés le temps adéquat pour chaque cuvée. Les vins de réserve sont assemblés en solera à la manière de ce que réalise la maison De Sousa. S’ensuit un élevage d’au moins deux ans sur lattes.



Le domaine s’est également doté de cuves ovoïdes utilisées pour ses pinots noirs. Les œufs sont utilisés pour donner de la rondeur aux pinots utilisés pour le rosé et pour le coteau champenois. Seulement 20% des pinots sont travaillés ainsi pour conserver tanins et tensions dans le vin.

L’amphore est quant à elle le dernier essai en date de la maison. Une raison supplémentaire de retourner au domaine dans quelques années pour voir quels en seront les fruits.

Les champagnes de Larmandier-Bernier à la dégustation

Larmandier-Bernier rosé de saignée 1er cru

96% pinot noir, 2% pinot gris, 2% chardonnay. 100% 2013 (non affiché sur l’étiquette car élevage inférieur à 3 ans). Dosage de 3g.

« Pierre n’aime pas les rosés ». En quelques mots, Jade qui organisait la visite plante le décor. Alors que la champagne est autorisée à assembler deux couleurs pour faire du rosé. Les vignerons qui choisissent la saignée pour colorer leur vin le font généralement avec l’idée d’obtenir un champagne, puissant, vineux et tannique. Ce rosé est élaboré au sud de Vertus (un village de la côte des Blancs avec une écrasante majorité de chardonnay). Planter d’autres cépages ici relève de l’exception mais certains vignerons peuvent le faire s’ils ne possèdent pas de parcelles autre part ou n’achètent pas de raisins. En côte des Blancs, on trouve des sous-sols de craie, recouverts de légères couches d’argiles. Mais la craie peut-être affleurante. Au sud de Vertus, le sol est plus argileux et permet au pinot de s’exprimer harmonieusement.

Au nez, ce rosé de saignée se montre délicat, frais, avec quelques arômes de fleurs blanches et de fruits rouges. En bouche, celui-ci se montre très frais, ciselé et droit. Le fruit surgit en milieu de bouche mais dans un registre sérieux. Parmi les dégustateurs, c’est un vin le plus clivant comme souvent avec les rosés de saignée. Pour ma part, j’y ai vu un superbe champagne très vineux à réserver pour la table mais surtout pas au dessert.

Latitude Larmandier-Bernier

100% chardonnay du sud de Vertus (Issues de parcelles 1er cru sauf une). Année de base 2014 40% de vins de réserve. Dosage 4g/l

Cette cuvée est issue de parcelles plus argileuses situées sur la même « Latitude ». Et il porte bien son nom, car l’argile donne un vin plus large que le reste de la gamme. Ces différences de sols entre les parcelles de Vertus ont convaincu Pierre Larmandier qu’il fallait créer deux cuvées BSA. Le nez est gourmand avec des arômes d’amande grillée et de fleurs blanches. La bouche est en effet ample, très intense. On évoque autour de la table le « gras de meursault ». C’est un beau champagne, plein et gourmand.

Longitude 1er cru Larmandier-Bernier

100% chardonnay (assemblage de parcelles au nord de Vertus et quelques ares à Avize, Cramant et Oger). Dosage de 4g. Base 2012.

La couche d’argile se fait de plus en plus fine à mesure qu’on avance vers le nord de la côte des blancs, ainsi que nous l’explique Jade. La craie est parfois affleurante. Au nez, il délivre une très grande intensité, des notes de fruits comme la mirabelle mais aussi des agrumes. En bouche, on retrouve le zeste de citron qui signe souvent une provenance de la côte des blancs. C’est un champagne d’une grande distinction, droite et d’une très rare précision. Un champagne qui fit l’unanimité auprès des dégustateurs.

Terre de Vertus 1er cru Larmandier Bernier 2011

100% chardonnay provenant de deux parcelles au nord de Vertus. Non dosé.

Ces deux parcelles ont été isolées car il n’y ici que de la craie, pas d’argile. Le nez est d’une grande profondeur. En bouche, on découvre la pâte d’amande en milieu de bouche et une certaine gourmandise qui s’efface peu à peu  pour laisser place à la  puissance. La finale déploie de très beaux amers. Un vrai champagne de terroir, totalement atypique. Certains adorent son caractère, d’autres ne finissent pas leur verre. Pour ma part, il s’agit d’un coup de cœur au sein de la gamme. Un véritable champagne avec du répondant à servir avec des plats puissants mais pas en apéritif.

Chemin d’Avize grand cru Larmandier Bernier 2011

100% chardonnay en provenance de deux parcelles à Avize isolées en 2009. Dosage de 2g.

Le nez est sublime, d’une très grande distinction, qui exhale la fleur blanche et la noisette. La bouche est un modèle de précision. La bulle est présente, mais très fine. Un vin d’une grande droiture, minéral. On évoque autour de la table un côté « eau de roche ». La finale est superbe, là encore, légèrement saline. Peut-être le plus grand champagne dégusté ce jour. Mais qui nous donne rendez-vous dans dix ans.

Vieilles Vignes du Levant grand cru Larmandier Bernier 2007

100% chardonnay de Cramant. Dosage de 2g

Le champagne a été renommé pour des raisons commerciales. Les gens confondant Cramant avec « Crémant ». Au nez, des arômes tertiaires commencent à poindre. On perçoit des fruits exotiques des fruits en liqueur et quelques notes de miel. La bouche est superbe, moins incisive que Chemin d’Avize, mais plus riche.

Une dégustation passionnante, qui illustre à merveille la diversité des terroirs champenois. Surtout, au vue de la qualité des vins, les prix sont restés extrêmement doux. A bon entendeur… 😉

Voir les vins de Larmandier-Bernier en vente

Voir les champagnes en vente sur iDealwine.
Voir tous les vins en vente sur iDealwine.

Recherchez le prix d’un vin.

Plus d’accords mets et vins.

A lire également sur le blog d’iDealwine :
Comment choisir son champagne ?
Comment choisir son champagne (2eme partie) ?

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

Twitter se lance dans la production de vin

Le site de micro-blogging américain Twitter se lance dans la coproduction de vin avec la société Crushpad. Une partie des ...

Vente de grands crus pour le Téléthon

La 22ème édition du Téléthon se terminera ce soir ! N’attendez pas pour passer vos ordres sur cette vente de ...

domaine des roches neuves

Domaine des Roches Neuves : au sommet de la Loire

En quelques années et en faisant évoluer son style vers plus de précision et de fraîcheur, Thierry Germain et ses Roches Neuves ont rejoint les domaines les plus réputés de ...

Partage(s)