Accords mets et vins : que boira l’équipe iDealwine à Noël ?

selection-diner-de-noel-equipe-idealwine-2Le réveillon de Noël arrive à grands pas et il est temps de prévoir votre dîner de Noël. Dinde ? Chapon ? Gibier ? Mais n’oublions pas l’essentiel : quels vins allez-vous déguster pour accompagner vos agapes et partager un moment inoubliable avec vos proches ?! Pour vous guider, nous sommes allés, au cœur du réacteur, interroger quelques membres de l’équipe iDealwine.

Vous êtes en plein préparatifs du menu de votre dîner de Noël et, on vous connait, les vins occupent une place centrale dans votre réflexion. Quelques membres de l’équipe iDealwine se sont prêtés au jeu pour vous livrer leur programme d’accords mets et vins en vue du réveillon. Pour entretenir la magie de Noël, ils ne se sont pas contentés des bouteilles qu’ils vont effectivement déguster. Ils ont également proposé quelques flacons qu’ils rêveraient d’ouvrir à cette occasion … ou de se voir offrir à Noël ! 😉

Astrid Ghestem, chargée du Service Clientèle :

 » Pour l’apéritif, on commencera assez classiquement au champagne, avec un Brut Nature Blanc de blancs Francis Boulard, ça ira très bien avec mes gougères au comté et les toasts au foie gras. En entrée, on a choisi des coquilles Saint-Jacques à la crème, et là on fera un accord très local – ndlr : Astrid est originaire de Troyes, en Champagne, près de la Côte des Bar – avec la cuvée 5 Sens d’Olivier Horiot (2009). Et pour le plat, on va cuisiner un chapon en sauce aux pleurotes, et là, je verrais bien un Savigny-lès-Beaune, facile d’accès et aux tanins soyeux, comme le Savigny-lès-Beaune 1er Cru La Dominode 2009 de Bruno Clair. Mais si je me permet de rêver un peu, j’aimerais énormément goûter le Corton-Charlemagne Grand Cru de Georges Roumier. Et puis, dans mes rêves les plus fous, je dégusterai un jour à Noël ma première bouteille du domaine de La Romanée-Conti – n’importe quelle cuvée, je ne ferai pas la difficile ! 😉 -, pour l’occasion, je remplacerai probablement les pleurotes par de belles truffes … »

Laurent Amiel, chef de projet web :

« Etant un fan inconditionnel de champagne, j’en consommerai beaucoup pendant les fêtes de fin d’année … Et pour le réveillon de Noël, je commencerai par un apéritif au champagne bien sûr, avec un Terroirs Extra Brut Blanc de blancs d’Agrapart & Fils, même si ma bouteille idéale ce serait plutôt un Krug Grande Cuvée, que je rêve de goûter depuis pas mal de temps. Ou alors, je craquerai peut-être en ouvrant le Cristal de Louis Roederer que je viens d’acheter. Ensuite, pour le foie gras, je testerai bien un accord avec un chablis, comme le Chablis 1er Cru Montmains 2015 de Droin. »

Steve Savarin, webdesigner :

« Moi c’est un peu spécial pour les fêtes, parce que je n’aime pas le champagne ! Alors je sors forcément quelques bouteilles pour les invités, mais pour moi je préfère un bon poiré ! J’ai découvert ça il n’y a pas longtemps, avec les poirés d’Eric Bordelet qu’on m’avait conseillé chez iDealwine, et j’ai vraiment adoré. Pour le plat, je ne sais pas encore ce qu’on préparera, mais si on sort des traditionnels dindes et chapons et qu’on s’oriente plus vers des viandes rouges ou des gibiers par exemple, j’aimerais bien ouvrir les châteauneufs 2012 de Pierre André que je viens d’acheter, c’était l’un de mes coups de cœur lors d’une dégustation qu’on avait fait en interne, l’un des rares châteauneufs à mon goût. »

Elsa Ginestet, rédactrice web :

« On commencera la soirée par un apéritif au champagne, avec probablement des petits toasts au saumon fumé et aux œufs de poissons, donc je choisirai un champagne extra-brut ou nature, probablement la 739 de Jacquesson (même si pour ce plat, je rêverai aussi de déguster une grande cuvée d’Agrapart, comme Expérience 2012), mais il faudra aussi prévoir un champagne moins sec pour ceux qui n’aime pas les faibles dosages, pourquoi pas un brut Heurtebise Brut Blanc de Blancs 2009 de Chartogne-Taillet ou la Cuvée des Caudalies de De Sousa, une maison que j’aime beaucoup. Mon champagne idéal, ce serait Vieilles Vignes Françaises 1992 de Bollinger, on m’en a vraiment parlé comme un champagne mythique et unique en son genre, je rêve de le goûter un jour ! Et puis comme il s’agit de Noël, j’aime assez l’idée de faire l’intégralité du repas au champagne, surtout que la plat principal devrait être une dinde, donc l’accord se fera sans problème. Il faudra un bon blanc de noirs de gastronomie, avec du caractère et un peu vineux, j’opterai probablement pour les Murgiers de Francis Boulard et en magnum tant qu’on y est, ou alors Les Vignes d’Autrefois 2011 de Laherte Frères, mais aussi la cuvée Originelle de Françoise Bedel et Fils, goûtée (et approuvée) récemment ! En dessert, j’aimerais faire une bûche tout en légèreté avec une mousse aux fruits de la passion, pleine de peps et avec une bonne dose d’acidité, et là, je choisirais un château de Fargues sur un millésime à maturité, ou pourquoi pas un vouvray liquoreux du domaine Huet, mais dans l’idéal, ce serait un Yquem bien sûr !

Pierre Renauld, assistant marketing :

« Pour l’apéritif, j’ai déjà commandé ma caisse de Francis Boulard Les Murgiers, mais si j’avais un budget illimité, j’opterais sûrement pour le Dégorgement Tardif 1995 de Jacquesson. Avec le foie gras, je vais essayer cette année un accord un peu plus original que le Sauternes (même si j’aime beaucoup ça), avec un champagne, un blanc de noirs comme celui de De Sousa que j’ai dégusté il n’y a pas longtemps et qui m’a beaucoup plu. Sinon, je pense aussi qu’un bâtard-montrachet 2005 du domaine Leflaive devrait faire un excellent accord avec le foie gras ! 😉 Si on a aussi un plateau d’huîtres, je resterai classique avec un bon chablis, comme le Chablis 1er cru les Vaillons de Dauvissat, ou même un Chablis 1er Cru Butteaux de Raveneau. Avec le  saumon fumé, je verrai bien un pouilly-fumé, comme le Bois Saint Andelin de Michel Redde ou le Pouilly Fumé Pur Sang de Dagueneau. Pour le plat, je crois qu’on dégustera un bœuf en croûte, et là un Clos Puy Arnaud serait parfait,  ou alors un château Margaux 1990 (si ça n’est pas moi qui régale !). Et puis pour le fromage, j’espère qu’il y aura un bon Roquefort accompagné d’un liquoreux, comme un vouvray du Clos Naudin, ou, si on a le droit de rêver un peu, un Yquem 1990 ! En dessert, je ne sais pas encore ce qui est prévu, mais il y a de grandes chances qu’il y ait du chocolat, et donc un Quinta Do Noval 1985 devrait être parfait ! »

Pierre Kernéis, membre de l’équipe logistique/expertise :

« Pour l’apéritif, j’aimerais boire un beau blanc de blanc extra brut, pour accompagner des petits toasts divers. Je pense en particulier à ceux de Larmandier-Bernier. Mais j’aimerais aussi beaucoup goûter la Grande Cuvée de Krug, à défaut du Clos du Mesnil … En entrée, on va sûrement préparer un plat de farce de coquilles Saint-Jacques, un plat tradition dans ma famille, avec une belle sauce crémeuse. Pour jouer l’accord d’harmonie, j’aimerais bien déguster ici un Pouilly-Fuissé C.C. de Guffens-Heynen. Ma bouteille de rêve pour accompagner ce plat, ce serait le Meursault Les Tessons Clos de Mon plaisir de Roulot. Avec le foie gras, je resterai assez classique, mais en évitant la lourdeur de certains liquoreux, le Pinot Gris Grand Cru Sonnenglanz Vendanges Tardives 2010 de Bott-Geyl ou pourquoi pas un Château de Fargues 1989 (mon année de naissance), même si je n’ai pas l’habitude de boire du Sauternes, mais c’est vrai que ce serai l’occasion. Pour le plat, on va sûrement choisir une belle pièce de bœuf. Pour l’accompagner, j’aimerais déguster le Trévallon 2005, ou encore mieux, l’un de mes rouges préférés, la Grange des Pères, sur un millésime évolué (au moins 2005). Pour le dessert on n’a généralement plus faim, donc si ça ne tenait qu’à moi, je sauterais cette étape et passerais directement au digestif ! Je rêve de goûter un grand whisky japonais, comme le Honshu-Nagano Karuizawa Bourbon cask. Mais comme ça ne se passe jamais comme ça, on optera probablement pour un dessert léger et fruité, et là, je verrai bien l’Alsace 1er Cru Engelgarten 2005 de Marcel Deiss, goûté l’an dernier, j’avais adoré. »

Michèle Servant, Assistante Administrative et Comptable  :

« Alors, en entrée, on a prévu des toasts de saumon et acras de morue, du jambon antillais, des pâtés au porc et du boudin créole. Il s’agit de mets assez épicés que j’aimerais accompagner d’un Ruinart blanc de blanc et d’un château Suduiraut 1989. Pour le plat, on dégustera un ragoût de porc au pois d’angole et au riz basmati, accompagné d’un Gevrey-Chambertin 2014 de Lucien Boillot & Fils , mais je rêverais qu’un de mes convives apporte un beau gevrey de Dugat-Py, voire son Mazis-Chambertin ! Pour le dessert, c’est un peu compliqué, on a choisi un mont blanc (un dessert à base de crème à la noix coco et au rhum, je tenterai peut être l’accord avec des bulles, éventuellement un poiré d’Eric Bordelet. Et pour finir le repas, on terminera comme toujours avec un beau rhum ancien, c’est la tradition familiale. Et là, je n’ai pas le droit à l’erreur !  »

Laurent Weinberg, chargé de web marketing :

« Avec le foie gras, cette année j’ai envie de sortir des sentiers battus, et de tester avec un rouge, et même un madiran : le Château Montus Prestige 1996 ! Mais ma bouteille rêvée, ce serait le Pinot Gris Quintesence de Grains Nobles Cuvée d’Or 2006 de Weinbach … Sur les fruits de mer et le saumon fumé, je proposerai deux accords avec des vins droits, frais et apportant une belle minéralité : le Pouilly-Fumé Petit Fumé 2015 de Michel Redde & Fils et le 5 Sens Olivier Horiot 2011 (l’un de mes producteurs de champagne préféré). Sur le plat, on a prévu une épaule d’agneau au four, et là, je peux me faire plaisir avec des vins de chez moi, du Sud : le Minervois Le Bois des Merveilles 2014 du Domaine Jean-Baptiste Sénat, ou dans mes rêves, le Coteaux du Languedoc Syrah Léone 2004 du Domaine Peyre Rose. Avec le fromage, je verrais bien un Rully 1er Cru La Pucelle 2015 de Paul & Marie Jacqueson ou un Pouilly-Vinzelles Les Quarts La Soufrandière 2014 des Bret Brothers, une valeur sûre ! Et pour le dessert (au chocolat bien sûr), on finira le repas en beauté avec un vieux Rivesaltes, le Château Mossé 1946 : de quoi faire goûter quelque chose de vraiment unique à mes proches, un vin vieux de 70 ans tout de même, sans pour autant se ruiner. »

Raphaël de Fonscolombe, Chargé du Développement commercial :

« Je commencerai la soirée par un champagne bien minéral pour accompagner des crustacés ou des huîtres, je pense en particulier à la cuvée Terroirs Extra Brut Blanc de blancs d’Agrapart & Fils qui devrait parfaitement convenir. Pour accompagner un carpaccio de noix de Saint-Jacques, la richesse et la vivacité d’un grand chardonnay d’un des grands crus de Chablis me semble idéale, ici je choisirai le Chablis Grand Cru Valmur 2010 de Patrick Piuze. Pour accompagner la dinde ou le chapon, je rêve d’un grand st Julien sur un millésime mythique : le Château Ducru Beaucaillou Classé 1982.  Mais si on opte finalement pour un gibier en plat principal (des cailles probablement), je choisirais dans ce cas une Côte-Rôtie Côtes Brune et Blonde 1995 de Guigal : un Rhône Nord accessible de la maison Guigal, aux tanins fondus et soyeux. »

Angélique de Lencquesaing, Directrice Générale :

« Comme je serai à la montagne j’ai fait des provisions de vins du domaine des Ardoisières, principalement en blanc (cuvées Argile, Schistes). Deux cuvées fantastiques un peu tout le temps, à l’apéritif, sur des volailles, ou tout simplement en accompagnement de fromages. Pas une minute actuellement pour penser au menu, en revanche, les vins, oui ! Pour l’apéritif, de toute façon je prévois un champagne, Jacquesson 739 ou Bollinger, un Special Cuvée en magnum ou, mieux encore, une Grande Année 2005. Pour la suite j’ai envie d’un grand cru de bordeaux dans un millésime un peu mature, l’élégance d’un Haut-Bailly 2000 ou – rêvons un peu – la classe absolue d’un Haut-Brion 1990… Pour achever le repas, beaucoup de vins me tentent : un vieux rivesaltes parce que, par la faute d’iDealwine, j’ai développé une addiction pour ces vins doux naturels, j’ouvrirai donc un 1966 – au hasard ;). J’avoue aussi un faible pour les vins d’Alsace, mon cœur balance entre un pinot gris vendanges tardives Sonnenglanz 2010 de Bott-Geyl et un grand cru Altenberg de Bergheim 2009 de Jean-Michel Deiss (et pourquoi pas les deux, tiens). Et bien sûr, pour finir sur un nuage léger, deux choix encore, un poiré Granit de chez Bordelet ou un vouvray Triple Zéro de Jacky Blot, du domaine de la Taille aux loups, en magnum bien sûr !  »

Bons achats et bon réveillon !

Accéder à la vente spéciale Dîner de Noël

Consultez les ventes de vin sur iDealwine

Pas encore inscrit(e) pour participer aux ventes ? Complétez votre inscription, c’est gratuit !

Recherchez le prix d’un vin

A lire également dans le Blog iDealwine :

Vinification : qu’est-ce que le dosage en Champagne ?

Nos conseils pour recevoir vos vins à temps pour Noël

Achat direct : une vente spéciale pour votre dîner de Noël

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

L’exclusion de Jacky Blot et François Chidaine à Vouvray : bêtise ou méchanceté ?

Les vins de Jacky Blot (Domaine de La Taille aux Loups) et de François Chidaine produits à partir de vignes de Vouvray, jusqu’alors commercialisés en AOC Vouvray, viennent d’être déclassés ...

Offre iDéale : Champagnes de vignerons avec Henriet-Bazin, Francis Boulard, Franck Pascal et Françoise Bedel

Le champagne n’est heureusement pas réservé aux seules fêtes de fin d’année. Avec les beaux jours, on a plutôt envie de champagnes fins et délicats. C’est la ligne directrice de ...

Avec iDealwine, vos cadeaux d’affaires ont du nez !

La fin d’année approche et vous cherchez toujours comment remercier vos collaborateurs, clients et amis ? Faites-nous confiance pour dénicher LE flacon qui les ravira qu’ils soient novices ou connaisseurs, ...

Partage(s)